Vos bonnes résolutions

En cette période de vœux, vous avez du adopter, pour 2012, de bonnes résolutions.
Ces bonnes résolutions sont plus ou moins précises dans la formulation.
Par exemple :

  • En 2012, je perdrai du poids.
  • J’arrêterai de fumer.
  • Je ne me disputerai plus avec mon conjoint.
  • Je mettrai de l’ordre dans mes affaires.

De vagues promesses

Vous sentez bien que ces bonnes résolutions, bien que louables et certainement sincères au moment où vous les prononcez, ressemblent plus à de vagues promesses en l’air qu’à de vrais objectifs clairement définis.
Et le simple fait de rester dans le vague va avoir pour résultat que les bonnes résolutions vont très vite être oubliées, vous le savez bien, dès que vous retournerez à votre routine quotidienne.

Un mot fort

Pourtant le mot est fort. Il signifie une décision que l’on prend fermement. Il est synonyme de détermination. Vous avez beaucoup de mal à persuader quelqu’un qui est résolu, déterminé, de ne pas faire la chose qu’il a décidé de faire.  Or, dès qu’on lui adjoint le qualificatif « bonne », la fameuse résolution semble perdre de sa force, de sa crédibilité. Elle subit une sorte d’usure dans le temps, inversement proportionnelle au nombre de fois où vous l’avez annoncée.

Je perdrai du poids

Quand vous dites « je perdrai du poids », ce n’est pas vraiment un objectif, ça reste « un vœu pieu ». Vous ne dites pas – et vous ne savez sans doute pas – ni comment, ni de combien, ni à partir de quand, ni sur quelle période, vous allez maigrir.
En revanche, si vous définissez tous ces paramètres, votre objectif va rester présent dans votre cerveau, et vous appliquerez beaucoup plus facilement ce que vous avez décidé.

Votre objectif

Par exemple, votre objectif est de perdre 10 kg, en commençant début février (parce qu’en janvier, vous serez invité à toutes les soirées de vœux). Vous vous fixez une durée de 10 semaines avec une perte de poids de 1 kg par semaine.

Vous définissez les aliments, les quantités et la périodicité de vos repas, vos « interdits », ce que vous n’avez pas le droit de faire et vos « jokers », c’est-à-dire ce que vous vous autorisez exceptionnellement. Vous pouvez aussi vous donner une période de consolidation une fois votre objectif atteint.
Bref, à partir du moment où vous avez réfléchi précisément à ce que vous voulez obtenir et comment vous voulez l’obtenir, ce plan détaillé avec tous les critères nécessaires va s’ancrer dans votre tête et vous pourrez le formuler aisément à votre entourage en sachant pertinemment que vous le mettrez en œuvre.

Alors, si vous remplaciez vos bonnes résolutions par de vrais projets ?

Allez-y, foncez. Listez vos anciennes vaines bonnes résolutions, et remplacez chacune d’elles par un objectif. Faites-vous un plan d’attaque pour 2012, appliquez-le et vous aurez la satisfaction et la fierté d’atteindre tous vos objectifs tout au long de cette année.

En guise de conclusion

Je vous livre trois principes hérités de la PNL, pour encore mieux démarrer l’année 2012 :

1. Vous êtes responsable de vos résultats.

« La responsabilité est le prix à payer du succès. » Winston Churchill

Vous n’avez sûrement pas fait un choix conscient de la manière dont vous avez été éduqué ni des croyances et valeurs qui façonnent votre façon de voir la vie et de prendre des décisions. Mais vous avez la capacité de prendre la responsabilité de faire quelque chose de nouveau de vos choix inconscients. Vous êtes responsable de vos choix et donc de vos résultats.

Vous pouvez et méritez de passer

une année 2012 exceptionnelle.

2. Il n’y pas d’échec, juste des résultats riches d’apprentissage

 « Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnent pas. » Albert Einstein

Nous avons l’habitude d’évaluer nos réalisations sous forme de succès ou d’échecs. Une évaluation assez binaire qui sert à se congratuler ou à se faire du mal, mais qui ne nous permet pas de poursuivre nos apprentissages. Considérons plutôt ce que nous appelons  « échec » comme un résultat nous permettant d’apprendre quelque chose (donc un cadeau), et comme une invitation à être plus flexible sur ce qui convient de changer la prochaine fois.

3. Soyez flexible

« La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent »   Albert Einstein

Pour tenter d’ouvrir une porte, continuez-vous sans cesse à utiliser la même clé qui n’ouvre pourtant pas la serrure ?

Ou êtes-vous assez flexible pour utiliser d’autres clés jusqu’à ce que vous trouviez la bonne ?
Voici les clés du succès :

  • trouvez les portes que vous souhaitez ouvrir en 2012.
  • trouver la manière d’ouvrir ces portes. C’est tout !

Et vous, quels sont vos projets en 2012 ?