Un défi que je me suis lancé

defi que je me suis lance
Un défi que je me suis lancé

Un défi que je me suis lancé

Je vous ai déjà parlé de mon ami Maxime du blog Qualité Relationnelle. Maxime est coach certifié en Transurfing et j’ai le bonheur de bénéficier, en ce moment, de son coaching.

Hier, pendant notre entretien, il est apparu que l’humour est chez moi une ressource, que je n’utilise pas assez, ou plutôt, qu’il serait bon que j’utilise d’une manière plus régulière et naturelle.

Kevin Trudeau dit qu’il existe plusieurs phases dans l’apprentissage d’une compétence :

  1. Je ne sais pas que je ne sais pas. (J’ignore qu’il existe cette possible compétence)
  2. Je sais que je ne sais pas. (Je sais que je n’ai pas cette compétence)
  3. Je sais que je sais. (Je sais que j’ai cette compétence)
  4. Je ne sais pas que je sais. (J’utilise cette compétence inconsciemment)

Concernant l’humour, j’en suis à la phase 3. C’est-à-dire que je sais que je peux éventuellement avoir de l‘humour. Je sais que je sais faire.

Certaines fois, selon les circonstances, je suis plutôt dans la phase 2, car dans certains cas, je sais (je crois) que je ne sais pas.

Le cheminement que veut me faire faire Maxime est que je me stabilise dans la phase 3, puis que je passe progressivement à la phase 4, c’est-à-dire que cet humour devienne une ressource automatique, que j’utilise d’une manière naturelle et quasiment inconsciente.

Pour cela, j’ai besoin d’exercer cet humour d’une manière consciente de plus en plus souvent.

Le fait de le faire consciemment régulièrement va l’inscrire dans mes circuits neuronaux jusqu’à ce que ça devienne inconscient, et que je passe complètement dans cette phase 4.

Pour ce faire, à l’issue de notre séance, Maxime me dit :

« Que peux-tu mettre en place, au quotidien, pour développer en conscience, ton muscle de l’humour ? »

Après réflexion et une dose de lâcher-prise, je lance le défi suivant :

« Chaque soir, avant de m’endormir, je me mets, par autohypnose, en état interne de vibration d’humour. Et chaque lendemain matin, j’invente un bon mot ou une petite histoire qui déclenche l’hilarité. »

 

Hier soir, un mot m’est venu de je ne sais où, pendant mon autohypnose : « empire ».

Ce matin, j’ai écrit en cinq minutes un petit poème qui est sur cette page. Il ne déclenche pas l’hilarité, mais correspond bien à ce que je veux obtenir dans la suite de l’exercice. Disons que c’est une forme d’introduction.

Par ailleurs, depuis ce matin, je ressens moi-même une certaine hilarité.

Chaque matin, j’ajouterai ma nouvelle production sur cette même page.

Que pensez-vous de cet exercice ?

Où en êtes-vous de cette compétence ?

Merci de laisser votre commentaire.

26 pensées sur “Un défi que je me suis lancé

  • 11 octobre 2013 à 17 h 37 min
    Permalink

    Un chouette challenge, Jean… qui va contribuer à nous faire sourire nous aussi dès le matin. Ou le soir… quand on est HS (hors service!) de prendre un petit coup de HS : Humour – Sourire !
    Cordialement

    Répondre
    • 12 octobre 2013 à 9 h 54 min
      Permalink

      Bonjour Eric,
      Si mon HS te sort de ton HS, c’est H’ment bien.
      Amicalement.

      Répondre
  • 11 octobre 2013 à 18 h 02 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Je trouve amusant de se fixer comme objectif d’apprendre à avoir de l’humour, je trouve que c’est un beau défi, plein de bon sens.

    Etant moi-même un adepte de l’humour, je me permets de partager avec vous ces quelques conseils, car finalement, je suis peut-être la personne qui est là où vous voulez aller selon le principe de K.T. (qui vous écoutez) :

    1) l’humour découle de la perception que vous avez des évènements et non des évènements eux-mêmes.

    2) soyez comme un enfant qui s’amuse de voir les adultes se prendre au sérieux, il ne les juge pas, il les trouve drôle parfois

    3) ne prenez pas la vie trop au sérieux, car que vous soyez sérieux ou non, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous….vous allez mourir un jour de toute façon, comme tout le monde…., le fait d’avoir été sérieux n’y changera rien (humour)

    4) l’humour n’est pas de la méchanceté, même s’il touche parfois des sujets sensibles. Utilisez-le avec un amour inconditionnel pour l’autre car en définitive, nous sommes tous pareils, nous sommes tous Uns.

    5) Partant de ce principe, commencez par apprendre à rire de vous-mêmes (toujours avec gentillesse et amour), n’hésitez pas à vous ridiculisez en public pour le plaisir de faire rire les autres….

    Voilà, j’espère que ces quelques conseils vous aideront dans votre démarche….

    Et comme disait Coluche, dans la vie, il n’y a pas de grand, pas de petit. La bonne longueur pour les jambes, c’est quand les pieds touchent bien parterre….

    Amitiés.

    Stephan.

    Répondre
    • 12 octobre 2013 à 10 h 09 min
      Permalink

      Bonjour Stéphan et bienvenue.
      Je vous remercie de ces conseils qui formalisent avec des mots ce que je pensais déjà fortement.
      J’aime bien la phrase de Coluche, qui ne s’applique pas chez moi. Du coup, vous me mettez dans l’angoisse car je ne sais pas si j’ai la bonne longueur de jambes. (Je ne suis debout que dans ma tête, étant soit assis, soit couché.)
      Recevez malgré tout mes salutations amicales.

      Répondre
  • 11 octobre 2013 à 19 h 14 min
    Permalink

    Super défi ! Félicitation.
    Pour ma part, j’ai retrouvé mon humour en faisant des séances de rigologie.
    L’humour vient du cœur et donc de l’âme. Le mental est trop sérieux pour avoir de l’humour aussi lorsque « cela sort » chez moi, ce n’est pas réfléchi et cela peut être sur n’importe quoi. Le plus surprenant, pour les autres c’est lorsque je ris de mes « malheurs ». Physiquement, il me manque des morceaux et comme j’ai accepté mon nouveau physique, je pense que c’est pour moi une façon de dire aux autres « n’en faites pas un plat : tout va bien ».
    Iona article https://www.lesouffledubonheur.com/prenom.html

    Répondre
    • 11 octobre 2013 à 20 h 18 min
      Permalink

      Ma chère Iona !
      N’en faites-pas un plat, tout va bien !
      J’adore ton humour !
      Surtout quand on sait quels morceaux il te manque physiquement !

      Je t’embrasse avec un grand sourire aux lèvres.
      Maxime

      Répondre
    • 12 octobre 2013 à 10 h 19 min
      Permalink

      Bonjour Iona,
      C’est ça le défi, de faire quelque chose qui « sort » sans réfléchir chaque jour à heure fixe..
      Dès le premier jour, j’étais dans l’hilarité et je me suis marré jusqu’à la fin du match de foot (score 6 à 0 !)
      Merci de tes félicitations qui me vont droit au coeur, et de nous dévoiler une partie de tes « morceaux ».

      Répondre
  • 11 octobre 2013 à 19 h 47 min
    Permalink

    Bonjour Jean, c’est en forgeant qu’on devient forgeron !
    Tes neurones vont bouillonner !

    zenie

    Répondre
    • 12 octobre 2013 à 10 h 22 min
      Permalink

      Bonjour Zenie.
      Et c’est en s’esclaffant qu’on devient s’esclaffon.
      En effet, ça bouillonne. 😉

      Répondre
  • 11 octobre 2013 à 20 h 12 min
    Permalink

    Bonjour Jean, Bonjour à tous,
    Merci l’Univers.
    Mon coeur est rempli de gratitude 😉
    Merveilleuse idée que tu as eu là Jean.
    Et tous les lecteurs vont en profiter !
    Yes, Yes, Yes !
    En tout cas, ça va nourrir mon quotidien de soleil.
    Moi qui avait émis le vœu de développer mon muscle de l’humour, la vie m’apporte à travers toi la plus belle des réponses.
    « Je ne sais pas ce que je ne sais pas ».
    Une nouvelle fois, cet évènement en est la plus belle preuve.
    Et comme dit Iona (elle est à bonne école :-)), l’humour, c’est le langage préféré de l’âme.
    Bises à tous et merveilleux WE.
    Maxime

    Répondre
    • 12 octobre 2013 à 10 h 28 min
      Permalink

      Bonjour Maxime,
      Merci à toi Maxime d’avoir participé à l’accouchement de l’idée… 😉
      Waouh géniaaaallll !!!!
      J’adore cette phrase de Iona, je me l’approprie et la mets, de ce tour de roue, dans mes citations de pensée positive.
      Je t’embrasse.

      Répondre
  • 13 octobre 2013 à 6 h 34 min
    Permalink

    bjr jean, je vous suit depuis peu et j’aime beaucoup votre site car il correspond à ma façon d’etre: positivité-humour-joie-respect.
    mais savez-vous que dieu lui même pratique aussi l’humour ! si vous avez lu  » conversation avec dieu de donald neal walch, dieu répond souvent avec humour! ma devise: humour,amour,toujours!

    Répondre
    • 13 octobre 2013 à 10 h 58 min
      Permalink

      Bonjour Christian et enchanté de vous rencontrer ici.
      Evidemment que Dieu a de l’humour. Simplement, tout le monde n’a pas la capacité de l’entendre.
      Votre devise me plaît, Comme dirait Iona, « l’humour c’est le langage préféré de l’âme », mais l’amour aussi est un langage que l’âme aime.

      Répondre
  • 13 octobre 2013 à 11 h 51 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Voilà une excellente idée de faire travailler le muscle de l’humour.
    Avec de l’entrainement, c’est comme tout, on fait des merveilles.
    Ces derniers mois c’est un muscle que je découvre et ma foi, c’est pour mon plus grand plaisir.
    La vie paraît plus joli et plus douce, nous en avons tous bien besoin.

    Nous voila en présence d’un humoriste en devenir…Merci Jean,

    Amicalement,

    Hélène

    Répondre
    • 13 octobre 2013 à 12 h 41 min
      Permalink

      Bonjour Hélène,
      C’est vrai que ça fait du bien de développer son muscle de l’humour, et les zygomatiques participent à l’entrainement.
      Physiologiquement, c’est comme la poule et l’oeuf, l’un est le résultat de l’autre et inversement.
      Amicalement.

      Répondre
  • 13 octobre 2013 à 16 h 42 min
    Permalink

    Bonjour Jean.

    Comment ? Il est possible d’exercer son humour ? Nooon ! Tu rigoles, là ?
    Cela dit, si tu rigoles, le pari est déjà réussi 😉

    J’ai toujours pratiqué l’humour, quitte à agacer mes proches 😀

    Comme je le dis souvent, les problèmes, mieux vaut en rire qu’en pleurer. La grimace est plus belle !

    À bientôt

    Thierry

    Répondre
    • 13 octobre 2013 à 17 h 24 min
      Permalink

      Bonjour Thierry,
      Rire de ses problèmes, ce n’est pas donné à tout le monde.
      Mais quand on le fait, l’interlocuteur impliqué ne le prend pas toujours à la rigolade.
      Les gens n’ont pas d’humour, quand même. Ils croient qu’on se moque d’eux.
      A la prochaine.

      Répondre
  • 14 octobre 2013 à 10 h 22 min
    Permalink

    Bon moi qui ai eu la chance de t’interviewer je peux attester que tu ne manques pas d’humour et c’est aussi probablement ça qui t’a permis (en partie avec une volonté de vivre et de vaincre) de surmonter les moments épouvantables que tu as vécus dans ta vie

    Nul doute que le défi sera relevé avec panache

    Répondre
    • 14 octobre 2013 à 15 h 16 min
      Permalink

      Bonjour Sylviane,
      Tu me fais très plaisir en me parlant de panache pour mon défi.
      Car le panache est pour moi une valeur de noblesse et de coeur que j’adore. Ivanhoé était le héros de mon enfance. Et Tintin aussi.
      Merci Sylviane.

      Répondre
      • 14 octobre 2013 à 18 h 33 min
        Permalink

        Jean

        Une des qualités qui séduisent toujours chez les humains en général et chez les hommes en particulier c’est le panache.

        Perdre mais avec du panache ça c’est quelque chose et Ivanhoé ça me rappelle le film avec Robert Taylor et je ne sais + qui comme actrice, (ce n’est vraiment pas d’hier) Ivanhoé voilà un chevalier avec du panache. je vois que nous avons les mêmes valeurs

        Répondre
  • 15 octobre 2013 à 20 h 01 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Voilà un beau défi, dont je vais prendre exemple. Ne pas se prendre au sérieux, prendre la vie légèrement et cultiver l’humour ce qui n’empêche pas, au contraire, de prendre ses responsabilités et de faire ce que l’on a à faire, sérieusement.

    Je dois te dire que l’humour et la joie de vivre transparaissaient déjà dans ton blog avant que tu ne te lances ce défi. J’ai d’ailleurs était bluffée quand je t’ai vu sur la vidéo de Booster Gala et découvert ton handicap !

    Bien amicalement,
    Christine

    Répondre
    • 16 octobre 2013 à 10 h 18 min
      Permalink

      Bonjour Christine,
      Ce défi me fait un bien fou. Maintenant, après les cinq premiers jours, je me réveille la nuit en ayant une histoire ou une plaisanterie en tête et en riant (intérieurement pour ne pas réveiller ma chérie).
      Merci de tes compliments.
      Bonnes pensées.

      Répondre
  • 17 octobre 2013 à 3 h 32 min
    Permalink

    Bonjour Jean
    Bravo pour ce défi
    Prendre la vie en riant c’est se donner la garantie d’être heureux et de donner du bonheur autour de soi et c’est aussi le signe d’une grande force de caractère !

    Amitiés

    Janine

    Répondre
    • 17 octobre 2013 à 12 h 37 min
      Permalink

      Bonjour Janine,
      J’ai vu une émission sur Michel Serrault hier soir très émouvante où ce personnage très comique, capable de faire rire des salles entières, avait une grande profondeur et une grande force en lui. (en plus, il avait une foi authentique)

      Répondre
  • 19 octobre 2013 à 3 h 54 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Je savais déjà que tu avais de l’humour, bien avant de te lancer ce défi. Tu laisses régulièrement des commentaires profonds et drôles, du moins sur mon blog…

    Je pourrais en mettre quelques-uns ici pour t’en donner la preuve, mais je ne me risque pas avec du «contenu dupliqué», parce qu’avec ça notre ami, le grand G sur Internet (avec un I majuscule comme tu l’aimes et juste pour te faire plaisir, parce que moi, je n’y tiens pas) … oui, le grand G n’aimera pas, car le grand G n’a pas le sens de l’humour au sujet du «contenu dupliqué».

    Bref, je m’égare… comme ça m’arrive de temps en temps!

    Bravo pour ton défi et en avant la farce!

    Amicalement,

    Sco!

    P.S. Sais-tu ce que ça signifie lorsqu’une infirmière dans un hôpital a un thermomètre sur l’oreille?Désolée, la suite est ailleurs…

    Répondre
    • 19 octobre 2013 à 13 h 49 min
      Permalink

      Bonjour Sco!,
      Pour éviter le contenu dupliqué, tu peux reprendre la même phrase en mettant un synonyme pour chaque mot. L’intelligence du grand G a ses limites. D’ailleurs, si tu l’appelles comme ça, c’est bien que tu sais très bien qu’il ne se reconnaîtra pas et ne sévira pas à l’encontre de ton blog.
      On peut même ainsi se permettre de dire pis que pendre sur lui en toute impunité. 😉
      Amicalement.

      Répondre

Répondre à sylviane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.