Le Jour de Mon Autoguérison

Le Jour de Mon Autoguérison

Le Jour de Mon Autoguérison

Le titre de cet article doit vous interpeler. Le terme « Autoguérison » a en effet quelque chose de magique, de mystérieux. Il sous-entend que je me suis guéri moi-même sans aucune aide extérieure, sans médicaments ni substances particulières. Uniquement par mes propres moyens.

Je ne pensais pas que c’était possible jusqu’à ce jour où je l’ai fait et où le résultat a été instantané.

Mais j’avais fait un grand pas, je ne pensais déjà plus que c’était impossible, et j’étais un peu dans le même état d’esprit des héros dont parlait Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

La Vie Positive répond ici au thème « Histoires de guérisons »
du  mois  de  novembre  du festival  « A la croisée des blogs »,
proposé par Hannah du blog Forme Santé idéale, Techniques
innovantes  de guérison.  Je  vous  conseille  vraiment d’aller
lire  les  articles  d’Hannah,  Gestat  et  Couleurs  thérapeute,
qui offrent régulièrement  aux lecteurs  un contenu très riche
et réellement passionnant. Hannah, pour cette cuvée de notre
célèbre  évènement  inter-blogueurs,  nous pose  la question :
« De quoi vous êtes-vous guéri et comment avez-vous fait ?« 

Le Jour de Mon Autoguérison

Mon Autoguérison

Hypnose Ericksonienne

Quelques temps avant le fameux jour de mon autoguérison, je m’étais inscrit à un cours d’hypnose ericksonienne qui m’avait énormément fait changer d’idées sur les possibilités de l’être humain. C’était au départ plus par curiosité intellectuelle et pour apprendre des techniques autres que les protocoles de PNL. Je voulais aussi expérimenter la transe hypnotique alors que j’étais a priori plutôt sceptique.

Je me souviens d’un entraînement en binôme où nous étions à tour de rôle sujet et praticien. Il s’agissait de la lévitation du bras. Je commençais en tant que praticien et je suivais formellement le processus d’induction, comme on venait de nous l’expliquer, lorsque tout-à-coup  le bras du sujet se leva effectivement.  J’en étais quelque peu étonné et à la fois satisfait puisque j’avais réussi à faire ce qu’on nous demandait.

Eclat de Rire

Je n’y croyais toujours pas vraiment, mais je me prêtais volontiers à endosser le rôle de sujet. J’avais les yeux fermés, et j’écoutais la voix de mon collègue apprenti, et soudain, j’ai éclaté de rire : mon bras s’était levé sans que j’en ai eu la volonté. Ce rire était à la fois l’expression de ma surprise et de ma prise de conscience que ça marchait.

Une fois sorti de transe, je rassurais mon hypnotiseur en lui expliquant la raison de mon hilarité. Il avait cru qu’il n’avait pas réussi à provoquer ma transe et que je ne prenais pas l’exercice au sérieux.

Tout cet apprentissage m’a littéralement passionné et j’ai passé mon diplôme de praticien en hypnose ericksonienne. Ça m’a ouvert des horizons insoupçonnés jusqu’alors.

Fantastique Potentiel

La transe est un phénomène tout ce qu’il y a de plus naturel. L’inconscient est un réservoir de ressources, et effectue une quantité industrielle de choses sans qu’on s’en aperçoive. Imaginez par exemple la marche qui est une synergie de 32 muscles coordonnés pour produire les pas en avant. Vous vous rendez compte, si vous deviez penser consciemment à bouger chaque muscle en relation avec les autres et avec les vitesses variables de chaque partie des jambes, non seulement vous tomberiez très vite mais votre vie serait un enfer, car la marche n’est qu’une toute petite partie de ce dont s’occupe l’inconscient.

Ce qu’il y a de formidable dans l’hypnose, c’est que la transe permet d’accéder à ce fantastique potentiel et à lui demander d’accomplir ce qu’on ne peut pas faire consciemment. Comment ça marche exactement ? On n’en sait pas grand-chose, on ne connait pas le détail des processus, et d’ailleurs peu importe.

Ce qui est essentiel, c’est que l’inconscient trouve les solutions.

Dans le cadre de cette formation, on nous avait enseigné aussi l’autohypnose. Ca m’avait amusé mais sans plus. Je ne voyais pas trop dans quel but l’utiliser.

Il s’est écoulé plusieurs mois pendant lesquels je n’ai pas pratiqué du tout.

Jour J

L’hiver qui a suivi, j’ai attrapé une mauvaise bronchite. Habituellement, ma femme qui est infirmière me soigne, et ça passe très vite. Cette fois-là, au bout d’une semaine, je toussais toujours. Le médecin m’avait alors prescrit des antibiotiques.  Encore dix jours s’étaient passés, je ne toussais plus pendant la journée, mais la nuit, la constante irritation me provoquait des toux répétées dont je n’arrivais pas à me débarrasser, et qui m’empêchaient de dormir.

Ça faisait trois semaines que j’errais dans cet état lamentable de fatigue et de manque de sommeil quand une illumination m’a traversé l’esprit. Pourquoi ne pas tenter l’autohypnose ?

Connaître une telle technique et ne pas l’utiliser dans mon cas, c’était vraiment du gâchis.

Autohypnose Salvatrice

J’effectuais donc ma séance d’autohypnose où je demandais à mon inconscient de faire ce qu’il fallait pour que  l’irritation de ma gorge s’arrête. Résultat, mes toux ont disparu comme par enchantement dès la nuit suivante.

Depuis ce jour, j’utilise l’autohypnose pour différentes choses, mais essentiellement pour résoudre des problèmes de santé. Et ça marche !

Qu’en pensez-vous ?

Etes-vous  déjà entré en transe ?

Connaissez-vous l’efficacité de l’autohypnose ?

Merci de me laisser votre commentaire.