Personne n’est parfait

Personne n'est parfait
Personne n'est parfait

Personne n’est parfait

« Personne n’est parfait », tout le monde connait cette expression du bon sens populaire qu’on prononce souvent en réponse à une critique négative sur les capacités d’une personne.

(   « Eloge de l’imperfection », tel est le thème du festival
(    « A la croisée des blogs »  proposé ce mois-ci par Régis,
(    du blog « Moment présent ».      Cet article y contribue.
(       Régis  lance  le sujet de  cette édition d’août dans son
article de présentation.

personne nest parfait

A priori, la perfection, de même que l’idéal, n’existe pas chez les humains.

Quoique….

Définition de parfait

Si on prend la définition que donne le Petit Robert du qualificatif « parfait » : « qui est au plus haut dans l’échelle des valeurs, tel qu’on ne puisse rien concevoir de meilleur », on peut considérer que la perfection est bien de ce monde.

Un violoniste virtuose est capable d’une exécution parfaite d’une partition musicale. Une sculpture telle que « la victoire de Samothrace » ne peut paraître que parfaite.

La Victoire de Samothrace
La Victoire de Samothrace

Source de l’image : Musée du Louvre

Un athlète gagnant le 100 mètres, fait une course parfaite. Tous les mouvements réalisés par le sportif, démarrage des starting-blocks, accélération, rythme coordonné et finish pour franchir la ligne d’arrivée sont réellement parfaits. Les figures incroyables dessinées dans le ciel par la Patrouille de France sont parfaites.

En réalité, ce n’est jamais l’homme qui est parfait, c’est le résultat de ses actions, de ses gestes, de ses performances. D’ailleurs l’homme parfait, s’il existait, aurait une vie d’un ennui mortel : Omniscient, clairvoyant et polycompétent tel Dieu, rien ne le surprendrait et son existence serait d’un insipide déterminisme dès sa naissance.

De la même façon, la perfection qui fascine, existe dans la nature quand elle est synonyme de beauté : le vol majestueux d’un rapace, la belle plastique du corps d’un être humain, le ballet astronomique des planètes et des étoiles, etc.

Eloge de l’imperfection ?

Alors comment peut-on faire l’éloge de l’imperfection ?

L’imperfection humaine  se caractérise quand les résultats ne sont pas parfaits, c’est-à-dire quand on n’obtient pas ce qu’on voulait, quand on ne réussit pas, quand on échoue.

On pourrait dire que les erreurs, les échecs sont la conséquence de nos imperfections.

A ce moment-là, l’imperfection peut se révéler intéressante. En effet, l’échec est formateur. C’est une expérience enrichissante de laquelle on apprend.

L’échec est une chance

J’ai écouté récemment une interview de David Laroche, qui démontrait que l’échec est une chance, et souhaitait aux auditeurs, à la fin de l’entretien, d’obtenir de nombreux échecs.

Je partage son point de vue. Comme il le rappelait, tous ceux qui ont connu une fabuleuse réussite, les Walt Disney, Steve Jobs, Henry Ford, etc, ont commencé par accumuler les erreurs et les échecs. Ils les ont analysés, ont beaucoup changé leur façon de voir et d’agir, et ont fini par découvrir leur chemin du succès longtemps après.

L’idée, ce serait donc de louer l’imperfection pour parvenir à la perfection. C’est un peu curieux comme démarche, mais pourquoi pas.

L’imperfection est peut-être nécessaire mais n’est pas suffisante pour réussir.

D’autres qualités, si j’ose dire, sont indispensables pour y arriver.

L’imperfection est inutile si on reste passif, si l’on ne veut pas justement s’améliorer. Et améliorer tout ce qu’on fait pour obtenir le résultat souhaité. Il faut donc, en plus de l’imperfection, être motivé, déterminé, positif.

Considérer ses imperfections positivement et les accepter, même si ce n’est pas facile, est une question de point de vue pragmatique, afin de les exploiter dans la bonne direction.

Si on ne les accepte pas, si on ne prend pas le recul nécessaire, on ne peut pas avancer.

Non au perfectionnisme

Il faut aussi savoir se satisfaire des résultats que l’on obtient sans se focaliser sur les petits détails, sinon ça tourne au perfectionnisme qui est une perte de temps, n’aboutit à rien, voire à de la frustration quand on constate que, de toutes façons, on n’arrivera pas à atteindre la perfection.

On ne l’atteint jamais

D’ailleurs, on ne l’atteint jamais cette perfection, sauf peut-être après la mort. Et l’atteinte de la perfection n’est pas un but en soi dans la vie.

C’est pourquoi, qu’on fasse l’éloge ou pas de l’imperfection, elle est là et il faut la considérer en tant que telle.

C’est elle que l’on découvre chez ses parents quand on devient adulte, c’est elle qui peut nous faire progresser sur notre chemin de vie, quand on l’appréhende avec lucidité, car comme le dit le philosophe Alexandre Jollien dans « Eloge de la faiblesse », « … je découvre que l’on ne naît pas homme, on le devient et que cette aventure n’est pas sans joie. »

Qu’en pensez-vous ?

Pensez-vous qu’il faut louer l’imperfection ?

Merci de laisser votre commentaire.

20 pensées sur “Personne n’est parfait

  • 14 août 2013 à 23 h 57 min
    Permalink

    Salut,

    Je lis ton article suite à l’avoir découvert sur l’événement à la croisée des blogs de ce mois d’août.

    Et pour y répondre :

    Je suis tout à fait d’accord lorsque tu dis que les erreurs sont formatrices. En effet, si on cherche toujours à ne jamais échouer, à ne jamais commettre le moindre faux pas, on en oublie de vivre.

    De plus, comme un proverbe japonais le dis :

    « Le succès, c’est tomber 7 fois, se relever 8 »

    Les erreurs font donc parti de la réussite ! Personne ne peut avancer sans jamais en faire, ou, comme dit plus haut, cette personne en oubliera de vivre.

    Au plaisir de te lire,
    Hugo.

    Répondre
    • 15 août 2013 à 10 h 30 min
      Permalink

      Bonjour Hugo,
      Bienvenue ici et merci d’avoir lu ma contribution à cette croisée des blogs.
      Oui, les erreurs font partie de la réussite, et en donnent les clés du chemin.
      J’irai regarder ton article sur l’éloge de l’imperfection.
      A très bientôt.

      Répondre
  • 15 août 2013 à 7 h 20 min
    Permalink

    Bonjour Jean, l’évolution que vit une plante depuis sa forme de graine jusqu’à ce qu’elle retourne à la terre est parfaite à chaque étape.

    Peut être se dit elle : je ne suis pas assez belle, je ne suis pas assez grande, je voudrais grandir plus vite, avoir les couleurs de l’autre plante juste à coté de moi.

    Tout comme la plante, notre évolution est parfaite. C’est seulement les voix dans nos têtes qui viennent mettre la pagaille et quelle pagaille !

    Depuis que je les nettoie avec Ho’oponopono et beaucoup d’amour, un tas de choses changent et ça, ça vaut tout l’or du monde.

    zenie

    Répondre
    • 15 août 2013 à 10 h 19 min
      Permalink

      Bonjour Zenie,
      C’est très intéressant ton point de vue. Cette dichotomie que tu fais entre l’évolution « naturelle » et les voix intérieures.
      Je suis à peu près d’accord avec toi. Je le verrais plus en considérant l’âme et l’esprit, comme le dit le transurfing, l’âme ayant une vocation de perfection, et l’esprit voulant toujours être rationnel et logique.
      L’être humain est complet quand son âme et son esprit s’accordent « parfaitement ».

      Répondre
  • 16 août 2013 à 21 h 24 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Avant de répondre à ton commentaire à mon propre article sur l’imperfection , je suis venu lire ton article sur le même thème puisque nous participons au même évènement.
    Et là, les bras m’en tombent quand je vos toutes les synchronicités avec mes domaines de prédilection.
    Je suis vraiment heureux que tu cites David Laroche.
    Je suis en train de suite sa toute nouvelle formation et je suis réellement inspiré par son parcours de vie.
    Je trouve également qu’il y a quelque chose qui émane de ton article qui me fait dire WHAOU !
    Merci Jean de toute cette richesse que tu offres à tes lecteurs.
    Je t’embrasse.
    Vis un merveilleux WE.
    Maxime

    Répondre
    • 18 août 2013 à 11 h 47 min
      Permalink

      Bonjour Maxime,
      C’est normal que nous ayons des synchronicités : je lis tes articles, je lis, grâce à toi, transurfing, et forcément ce que tu fais ou dis m’inspire, et peut-être vice-versa…
      David Laroche aussi, c’est toi qui m’a envoyé la vidéo 😉
      Merci de tes compliments Maxime : ça doit être que ces diverses inspirations portent leurs fruits.
      Je t’embrasse.
      Bon dimanche.

      Répondre
  • 18 août 2013 à 15 h 31 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Participant a cet évènement, je suis heureuse de lire ton article. Le temps filant très vite, je ne m’étais pas aperçue que j’allais loupé le coche.

    J’avais crue avoir posté mon article mais il n’en était rien, j’ai du faire un erreur. C’est grâce aux visites des liens dans ton article (qui m’ont fait gagner du temps) que je me suis rattrapée et que j’ai posté mon article.

    Merci donc à toi.

    Voici mon imperfection dans toute sa splendeur (c’est un exemple).

    « L’imperfection est inutile si on reste passif » : j’affectionne particulièrement cette phrase. Réfléchir sur soi et agir avec persévérance, accepter de « tomber », se tromper…et continuer dans l’effort.

    Amicalement,,

    Hélène

    Répondre
    • 19 août 2013 à 11 h 41 min
      Permalink

      Bonjour Hélène,
      Bienvenue ici.
      J’espère que tu as passé une bonne fête hier. (Je viens de découvrir ton commentaire)
      Je suis d’accord avec toi, sauf pour « l’effort ». Ce dernier n’est pas forcément nécessaire quand on aime ce qu’on fait. C’est un peu une croyance généralisée : « pour réussir, il faut se battre, lutter ». Je ne pense pas que la lutte soit la panacée.
      En revanche, comme disait Henry Ford : « L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente. »
      Amicalement.

      Répondre
  • 18 août 2013 à 18 h 06 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, quand tu dis que l’imperfection est dans la nature humaine…
    Si on était parfait, ce serait ennuyeux à mourir.
    Car ce qui fait le sel de la vie, c’est les défis qu’on se lance régulièrement.
    Et dans notre ascension vers ces défis, il est normal de faire un certain nombre d’erreurs, d’imperfections.
    Prends soin de toi
    Luc Mister NO Stress

    Répondre
    • 19 août 2013 à 11 h 45 min
      Permalink

      Bonjour Luc,
      « Errare humanum est », mais je ne suis pas d’accord avec la deuxième partie du dicton : »perseverare diabolicum est ».
      C’est justement la persévérance, éclairée par les enseignements de ses erreurs qui conduit au succès.
      Amitiés.

      Répondre
  • 18 août 2013 à 18 h 10 min
    Permalink

    Oui, l’acceptation de ce qui est, est primordiale afin d’évoluer vers un meilleur! Merci Jean!
    Nicole

    Répondre
    • 19 août 2013 à 11 h 47 min
      Permalink

      Bonjour Nicole,
      A près l’acceptation viennent la sérénité puis la gratitude.
      Merci à toi.

      Répondre
  • 19 août 2013 à 15 h 19 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Personne n’est parfait, mais… on se soigne! Non, pas trop quand même! Nous sommes parfaits d’être imparfaits. Le plus important est de s’accepter tel qu’on est sans jugement. Il y a plusieurs gens inspirants qui disent de ne pas se juger.

    Bon, ce n’est pas une raison pour empirer nos défauts et de se laisser aller, mais pour s’améliorer, il faut d’abord s’accepter. Et s’améliorer ne peut pas faire de tort si l’on ne va pas jusqu’au perfectionnisme.

    Amicalement,

    Sco! 🙂

    Répondre
    • 19 août 2013 à 15 h 47 min
      Permalink

      Bonjour Sco!,
      C’est vrai que l’acceptation est nécessaire. Quand on s’est accepté ou qu’on a accepté ses imperfections, on est plus léger et serein.
      Est-ce qu’on peut s’améliorer soi-même ? C’est une autre question. Je pense plutôt qu’on peut améliorer ses actes, ses comportements, ses relations aux autres, sa recette de la tarte aux pommes, 😉 etc. Mais s’améliorer soi-même ? je l’ignore.
      Amicalement.

      Répondre
  • 19 août 2013 à 16 h 29 min
    Permalink

    Bonjour Jean

    La recherche de la perfection n’est qu’une mise en scène pour masquer le manque de confiance que nous essayons de cacher à tout prix

    Que penseraient les gens s’ils découvraient que nous ne sommes pas parfaits, Mon Dieu ce serait une super catastrophe. Une fois que la confiance en soi est installée, adieu désirs de perfection, bonjour la tranquillité

    Répondre
    • 19 août 2013 à 18 h 38 min
      Permalink

      Bonjour Sylviane,
      Tu as raison, le perfectionnisme et le manque de confiance en soi sont souvent très liés.
      Amicalement.

      Répondre
  • 25 août 2013 à 14 h 09 min
    Permalink

    Bonjour Jean

    intéressant de dissocier la réalisation de l’individu. S’appuyer sur nos erreurs au lieu de rester sur des critiques inutiles est une bonne façon de progresser. Pas vraiment dans le moule de l’Education Nationale, mais bon 😉

    Ravi de te retrouver avec l’événement . J’ai pris le train en marche trop tard, mon article sera dans l’ebook

    A bientôt

    Phil

    Répondre
    • 25 août 2013 à 17 h 07 min
      Permalink

      Bonjour Phil,
      Très heureux de te recroiser dans cette « croisée » des blogs.
      Je vais aller lire ta prestation.
      Amicalement.

      Répondre
  • Ping : Gratitude, imperfection et ebook - Bilan de la croisée des blogs - Moment Présent

Répondre à jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.