Comment réussir à saper la confiance

Belle image de la confiance

La confiance n’est-elle pas l’état dans lequel tout le monde souhaiterait être le plus souvent ? La confiance en soi, la confiance envers les autres.

La confiance est un état de sérénité, de tranquillité, où l’on a le sentiment que les choses vont bien, et vont continuer d’aller bien, comme on le souhaite.

C’est un état où le doute n’est plus un obstacle, où l’on sait que les éventuelles difficultés dont on est conscient, n’empêcheront pas que tout se passera comme prévu.

Le doute s’oppose à la confiance. Plus on doute, moins on a confiance. On peut donc mesurer le niveau de confiance par le niveau de doute.

Dysfonctionnements = perte de confiance

Prenons comme exemple, la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement français. Nous constatons que les différents dysfonctionnements répétés ont successivement et progressivement augmenté notre part de doute sur ses capacités à appliquer les bonnes solutions.

Au départ, nous supposions que nous pouvions faire confiance à nos dirigeants pour protéger la population contre la pandémie de la covid19. Ils ont commencé, avec les experts, à nous dire que le virus était comparable à une « petite grippe ». Ensuite, ils nous ont expliqué que le port du masque ne servait à rien.

Ces deux seules déclarations ont été démenties quand on s’est aperçu que les chiffres de l’épidémie se sont mis à croître exponentiellement, puis qu’on nous a conseillé les gestes barrière : distanciation, masque, lavage des mains.

Mécaniquement, notre confiance en l’action du gouvernement confronté à cette crise, s’est forcément détériorée. Le doute s’est instillé petit à petit chez les citoyens.

Erreurs non assumées = perte de confiance

Comment voulez-vous avoir confiance quand on vous dit une chose puis son contraire, sans aucune explication ? Les responsables auraient pu faire amende honorable, nous avouer leurs erreurs, faire preuve d’un minimum d’humilité, auquel cas notre confiance aurait pu un peu remonter. L’erreur est humaine, mais « persévérer dans l’erreur est diabolique » comme dit Sénèque. En l’occurrence, ne pas reconnaître ses erreurs c’est faire preuve d’arrogance, ce qui n’est pas bon pour inspirer confiance.

Qui se croit supérieur n’engendre pas la confiance

Au lieu de ça, ils ont persisté sur leur position de supériorité, c’est-à-dire celle de ceux qui « savent », qui s’appuient sur les conseils d’experts, de scientifiques, en nous imposant une prétendue nécessaire « pédagogie ».

Ce mot « pédagogie » a été répété un nombre incalculable de fois. Etymologiquement, pédagogie signifie direction des enfants. Même si ce n’est pas forcément conscient, les membres du gouvernement considèrent donc les français comme des enfants à qui il faut faire la leçon.

Cette infantilisation est très mal ressentie par la population, qui a l’impression que le président et les ministres se considèrent au dessus d’elle, décide « d’en haut » pour la masse qui est « en bas ».

Le citoyen n’est plus traité d’égal à égal, comme le prône le principe d’égalité de la république. La dérogation à ce principe entraîne également une perte de confiance.

Le secret entretenu mine la confiance

Le dernier point qui contribue à semer le doute est le secret des prises de décisions.

Dans une démocratie digne de ce nom, les parlementaires représentent le peuple et contribuent aux décisions en débattant et en votant les lois. Depuis le début de la crise sanitaire, le président utilise le « conseil de défense » pour la gérer. Or, ce conseil de défense n’était pas fait pour ça à la base. Il a toujours été utilisé pour la défense nationale et pour la sécurité en cas de conflits ou d’attaques terroristes. Et c’est assez logique qu’il y ait ce qu’on appelle le « secret défense » dans ces cas-là.

Mais, pour la santé, ce secret n’a pas de justification. Il ne s’agit pas du secret médical qui est propre à la profession de médecin. Ce secret autour des prises de décision sur la gestion de la crise sanitaire donne l’impression qu’on nous cache des choses, qu’on ne nous dit pas tout. C’est un manque de transparence, un déni de démocratie, qui accentue cette impression d’élite opposée au peuple et qui augmente encore plus le doute en diminuant d’autant la confiance des citoyens envers le président et le gouvernement.

On voit bien, au bout du compte, que tous ces dysfonctionnements répétés, ces erreurs non assumées, la supériorité et l’arrogance affichées, ces décisions prises dans le secret, n’ont fait que saper, au fil des mois, la confiance des citoyens.

Qu’en pensez-vous ?
Avez-vous confiance dans les dires de nos dirigeants ?
En quoi, en qui avez-vous confiance ?
Merci de laisser vos commentaires.

8 pensées sur “Comment réussir à saper la confiance

  • 2 avril 2021 à 21 h 19 min
    Permalink

    Bonsoir Jean,
    Çà fait plaisir de vous lire. Oui depuis le début il s’agit de manipulation humaine. Le Covid cache un plan bien organisé. Il est difficile de partager son point de vue. Je me suis fait déjà renvoyer donc je n’ose plus. Les gens sont convaincus que c’est le vaccin qui va réguler la situation. Les médias sont contraints de dire certaines choses. Ça devient lourd même si tout est juste et au service de la conscience.
    Au plaisir
    Annie

    Répondre
    • 5 avril 2021 à 17 h 05 min
      Permalink

      Bonjour Annie,
      Merci de votre retour. C’est vrai qu’on n’ose rien dire pour ne pas être accusé de complotisme. On n’en pense pas moins et pour citer pertinemment Pierre Dac : « quand on voit ce qu’on voit, qu’on entend ce qu’on entend et qu’on sait ce qu’on sait, on a bien raison de penser ce qu’on pense. »
      Amitiés.

      Répondre
  • 3 avril 2021 à 2 h 05 min
    Permalink

    Salut Jean, voici bien longtemps ! Je suis heureux de te lire aujourd’hui et de voir que tu n’as pas perdu ta verve.
    Je te suis totalement sur ta critique de la gestion de la crise et sur le fait qu’elle entraîne necessaIrement la perte de confiance , des citoyens vis à vis de nos gouvernants. J’ai juste été surpris de découvrir cette analyse politique (que j’approuve totalement) alors que ton mail – et le titre de ton article – me laissait penser que tu parlais de « confiance en soi » et non de « trahison de la confiance » que l’on a pu porter envers nos dirigeants. Ceci dit, il est vrai que perdre confiance en autrui ne peut pas aider à gagner la confiance en soi. Celles et ceux qui en manquent sont alors doublement touchés de cette gabegie politique qui marque notre existence depuis l’apparition de cette saleté de Covid…
    Je t’embrasse, porte toi bien.
    Pascal.

    Répondre
    • 5 avril 2021 à 17 h 21 min
      Permalink

      Salut Pascal. Très heureux de te retrouver depuis tout ce temps. Tu as raison, il peut y avoir un lien entre la confiance en soi et la confiance envers nos dirigeants. La dépendance accrue de certains individus envers l’Etat, peut entraîner qu’une « trahison de la confiance » leur fait perdre confiance en eux. Je ne voulais pas vraiment faire une analyse politique mais plutôt démonter les mécanismes de la perte de confiance.
      J’espère que tu vas bien.

      Répondre
    • 5 avril 2021 à 20 h 29 min
      Permalink

      Bonjour Monsieur GRAILLE.
      Je suis vraiment content de vous lire à nouveau. Merci pour cet apport. C’est vrai que l’on pert confiance envers les autres sans nous poser la question sur la/les causes. Ce qui à mon avis rend cette perte de confiance difficilement réversible, mais perturbe notre confiance en soi. L’exemple que vous avez prise est valable pour notre gouvernement au Burkina Faso, et ce malgré un point de presse hebdomadaire de moins en moins suivi. Bonjour à toute la famille. A bientôt.

      Répondre
      • 6 avril 2021 à 16 h 57 min
        Permalink

        Bonjour Charly.
        Ça me fait très plaisir de vous lire. Et de constater que nous sommes toujours sur la même longueur d’ondes malgré la distance dans le temps et dans l’espace. Je vous fais suivre un mail pour vous donner des nouvelles.
        Bien amicalement.

        Répondre
  • 3 avril 2021 à 10 h 51 min
    Permalink

    Bien d’accord avec ton analyse ! Le manque d’humilité de nos dirigeants est consternante…
    Pourquoi ne parle-t-on jamais des soins à apporter aux malades du Covid au lieu de les isoler avec du doliprane ? Cela permettrait d’éviter d’engorger les urgences !
    Mais bon l’important est déjà la confiance en soi et la sérénité qu’elle apporte pour la réussite de ses projets.
    Bonnes fêtes de Pâques !

    Répondre
    • 5 avril 2021 à 17 h 32 min
      Permalink

      Bonjour Olivier et merci de ton commentaire.
      C’est vrai que je reste très étonné qu’on ne parle pas du tout de médicaments potentiels pour guérir les malades du Covid. Ou de financer des recherches pour trouver de tels médicaments. Après tout, c’est ce qui est fait habituellement pour d’autres maladies, telles que le Sida, le cancer et autres.
      Bon lundi de Pâques.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.