La Vie Positive répond à la question : quand passer à l’action ?

Quand Passer à l'Action
Quand Passer à l'Action ?

La Vie Positive participe avec cet article au festival « A la croisée des blogs » du mois de septembre, organisé par Mathieu du blog « Penser et Agir », sur le thème : « Penser et Agir, à quel moment passer à l’action ? »

A quel moment passer à l'action ?
A quel moment passer à l'action ?

Question délicate

A priori, il est très difficile de répondre à cette question d’une manière générale. Le moment où l’on passe à l’action dépend de différents facteurs, le contexte, la personne qui pense et agit, le type d’action, l’objectif à atteindre, les éventuels délais et priorités, la ou les personnes liées à l’action.

D’autre part, la question ainsi formulée présuppose que la pensée précède l’action, et la prépare en quelque sorte.

Pensée et Action

Toute notre vie est faite de pensées et d’actions. Parfois les pensées et les actions sont très dépendantes les unes des autres et peuvent être simultanées.

Par exemple, un peintre qui crée un tableau pense tout en agissant. Il peut très bien avoir longuement réfléchi à son œuvre avant de la démarrer, mais, face à sa toile, il pense tout en maniant ses pinceaux.

D’autres fois, nos pensées et nos actions sont complètement indépendantes, on fait les choses d’une manière automatique ou inconsciente et on peut penser à tout autre chose sans rapport avec l’action en cours.

Il arrive aussi qu’on agisse d’une manière instinctive, sans vraiment y penser au préalable. C’est souvent dans ce cas une action en réponse à une sollicitation extérieure, un peu comme un acte réflexe.

Action : définition

Mais qu’entend-on exactement par action ? En l’occurrence, on oppose pensée et action. Bien que les deux soient très liées, la pensée, c’est tout ce qui concerne les idées, les concepts, les plans, les spéculations intellectuelles, la réflexion. L’action, c’est la mise en application, le mouvement, le geste, la création, ce qu’on fait, ce qu’on réalise.

Grosso modo, la pensée c’est de la théorie, l’action, c’est de la pratique.

Enfin, on peut définir l’action par rapport à son contraire, l’inaction. La société valorise l’individu actif, qui « se bouge », qui veut faire quelque chose de constructif, de productif. Alors qu’il y a un côté péjoratif chez la personne passive, parce qu’on l’assimile à quelqu’un qui ne fait rien, qui « se laisse vivre ».

Frontière Floue

Dans certains cas, on peut avoir du mal à savoir si on se situe dans le domaine de la pensée ou dans celui de l’action.

Par exemple,

  • « écouter un conférencier parler », est-ce de la pensée ou de l’action ?
  • « décider de démarrer une formation » est-ce de la pensée ou de l’action ?
  • « noter ses rendez-vous sur son agenda » est-ce de la pensée ou de l’action ?

On voit bien que la frontière entre pensée et action est très floue et assez perméable, tant les deux sont indissociables et consubstantielles à l’humanité.

Tentative de réponse

Reprenons l’exemple du peintre pour répondre à la question « à quel moment passer à l’action ? »

Ma réponse est : « lui seul le sait ». S’il veut faire une œuvre purement imaginaire, il la concevra d’abord dans sa tête, puis au moment où il se sentira prêt, l’exécutera sur la toile. Un autre de ses confrères fonctionnera peut-être autrement, en peignant, au fur et à mesure de son inspiration.

Chacun d’entre nous a ses propres stratégies mentales du passage à l’action. Quel va être l’élément déclencheur ? Pour le peintre, ce sera peut-être la vue du grain de la toile blanche dans tel environnement qui lui donnera soudain l’inspiration et déroulera le flot de ses gestes artistiques.

Pour un autre humain, ce sera une envie, une sensation, un déclic qui le poussera à agir. Pour un autre encore, plus cartésien, le moment aura été déterminé bien à l’avance, calculé, planifié sur le papier, tenant compte des différents paramètres pour réussir à mener à bien la dite-action.

Je pense vraiment qu’il appartient à chacun selon sa sensibilité, ses critères, sa façon d’appréhender les choses, de connaître son moment de passer à l’action. Je ne dis pas ça pour me défausser ou pour laisser de côté ceux qui peuvent avoir des interrogations pour eux-mêmes concernant cette question.

Est-ce la bonne question ?

D’ailleurs, est-ce bien la bonne question ? Est-il si important de connaître à l’avance le moment de passer à l’action ?

D’abord, il faut déjà savoir s’il y a une action à mener, et quelle est cette action. L’expression « mettre la charrue avant les boeufs » illustre bien cette idée. On peut se précipiter, mu par quelque pulsion subite, pour faire quelque chose à un moment qu’on pense judicieux. Et puis s’apercevoir après la bataille qu’on s’est trompé.

Il Faut Penser

En réalité, la pensée est la partie la plus importante. 99% de la réussite d’un projet en dépend. C’est bien de ça qu’il s’agit. Quel est l’intérêt de savoir quand passer à l’action, si, au bout du compte, on se plante lamentablement ?

S’il suffisait de connaître l’instant de départ de l’action pour réussir, ce serait trop simple. La pensée est déterminante, je l’ai dit, et selon la loi de l’attraction, nos pensées créent ce qu’il nous arrive. On obtient, on devient ce à quoi l’on pense le plus souvent. Nos pensées attirent vers nous leur équivalent réel et concret.

Loi de l’Attraction

Que ce soit en positif comme en négatif. C’est-à-dire que si, par exemple, nous pensons souvent : « je n’y arriverai jamais », il y a une forte probabilité pour qu’effectivement nous n’y arrivions jamais. C’est entre autres pourquoi je prône la pensée positive. D’un point de vue purement pragmatique, utilisons-la car la pensée positive attire dans notre vie des évènements positifs.

La moindre velléité d’action suppose un objectif à atteindre, appelé à être concrétisé dans un résultat souhaité. Appliquons la loi d’attraction et pensons en termes positifs au résultat visé par l’action. Tout le travail est fait par la pensée et on ne se pose pas la question ni du quand ni du comment. Je ne dis pas qu’il ne faut rien apprendre, ni rien faire du tout. Si on veut devenir ingénieur spécialisé dans la construction des ponts, il faut évidemment avoir acquis un minimum de connaissances.

Je dis que c’est la pensée qui fait le plus gros du travail. L’homme peut créer son futur en y pensant. Il se focalise sur ce qu’il veut avoir, faire ou être, et des évènements, des opportunités, des « hasards » arrivent pour faire en sorte que ce qu’il a pensé se réalise.

S’il y a telle ou telle action à mener, il saura quand et comment la mener.

La Réponse

En fin de compte, je réponds à la question « à quel moment passer à l’action ? »

en disant : « au moment adéquat, au bon moment, au moment qui convient. »

Et vous, savez-vous quand passer à l’action ?

Connaissez-vous la loi de l’attraction ?

L’appliquez-vous consciemment dans votre vie ?

19 pensées sur “La Vie Positive répond à la question : quand passer à l’action ?

  • 12 septembre 2012 à 1 h 23 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    J’ai passé à l’action en lisant ton article et en le commentant! 😉

    J’avoue ne pas trop savoir quand passer à l’action, car je réfléchis trop avant d’agir : peur de me tromper (comme si c’était la fin du monde), peur de ne pas avoir assez planifié ce que j’entreprends, peur de ne pas faire le «meilleur» choix.

    Toutes les excuses sont bonnes pour faire du surplace.

    Oui, je connais la Loi de l’attraction qui demande aussi d’agir (ou de passer à l’action), parce que sans action, rien ne se produira.

    Amicalement,

    Sco! 🙂

    Répondre
    • 13 septembre 2012 à 12 h 54 min
      Permalink

      Bonjour Sco!
      La peur est une émotion humaine venue de la nuit des temps, à l’époque où elle était salvatrice. Encore maintenant, elle n’est pas forcément inutile. Moi, je n’ai peur de rien, mais parfois c’est un problème. J’ai perdu ma maison à cause de ça, mon manque de peur confinant à une irresponsable naïveté.
      La loi de l’attraction demande d’abord à penser, le reste vient naturellement.
      Bien à toi.

      Répondre
  • 12 septembre 2012 à 12 h 34 min
    Permalink

    Bonjour Jean, moi je m’écoute beaucoup et j’agis par petites touches ici où là, ce qui me permet d’apporter des améliorations ou des retouches quasiment en continu tout au long de la journée.

    C’est ce qui me convient le mieux, ensuite à chacun de trouver ce qui lui convient le mieux pour allier au mieux penser et agir.

    zenie

    Répondre
    • 13 septembre 2012 à 13 h 02 min
      Permalink

      Bonjour Zenie,
      S’écouter est une façon de penser, et c’est excellent car c’est un dialogue avec soi-même.
      Bien des gens ne s’écoutent pas assez, et ils sont un peu comme sur un bateau ivre, sans gouvernail. Les retouches en continu dont tu parles sont comme les mouvements imperceptibles sur la barre pour garder le cap.

      Répondre
  • 18 septembre 2012 à 11 h 07 min
    Permalink

    Bonjout Jean

    Déjà, il faut passer à l’action pour soi. Pas pour faire plaisir à une autre personne ou plaire.

    Prenons un exemple d’une personne qui veut perdre du poids pour plaire à sa moitié.

    La personne va essayer de la faire pour lui faire plaisir mais au fond d’elle, elle va se dire si je ne perds pas de poids, elle va me quitter.

    La, on passe à l’action à cause de la peur de perdre et non pour soi

    Et des la première difficulté, on abandonne.

    Alors, que si on décide de perdre du poids pour rentrer dans un vêtement. On passe à l’action pour soi dans une attitude positive.

    Je veux être belle dans cette robe.

    Et la on a toutes les chances de réussir.

    En résumé, on doit passer à l’action pour soi et non par obligation.

    Répondre
    • 19 septembre 2012 à 10 h 38 min
      Permalink

      Bonjour Frédéric,
      C’est très pertinent ce que tu dis.
      C’est pour soi qu’il faut ou non passer à l’action. Si on en est obligé, on risque d’être confronté aux doutes, aux peurs qui seront contre-productives et pourront faire échouer l’action.

      Répondre
  • 18 septembre 2012 à 23 h 40 min
    Permalink

    Bonsoir Jean,
    Je crois que j’agis en fonction de ce que je sens.
    Mon métier n’est possible qu’en pratiquant l’ajustement créateur.
    Lorsque je commence à douter, à me tirer des cartes et à réfléchir, c’est que je suis en plein
    mental et au coeur d’une émotion que je n’ai pas vu venir!

    Répondre
    • 19 septembre 2012 à 10 h 40 min
      Permalink

      Bonjour Hannah,
      C’est toujours un plaisir d’avoir ton commentaire enrichissant car tu nous fais partager ton expérience.

      Répondre
  • 23 septembre 2012 à 11 h 30 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Je suis une intuitive et mes actions ne sont pas toujours longuement réfléchies.
    Mais au moins j’agis, je ne reste pas assise toute la journée à me demander quoi faire.
    Et si l’action ne donne pas les résultats escomptés, je fais autre chose.
    Avancer, toujours avancer. Lorsque l’on arrête d’avancer, on recule.
    Bonne journée.
    Danièle

    Répondre
    • 24 septembre 2012 à 11 h 36 min
      Permalink

      Bonjour Danièle,
      Tu as raison, et je suis comme toi : c’est comme le vélo, si on arrête de pédaler et d’avancer, on tombe.

      Répondre
  • Ping : Quand passer à l'action ? 70 blogueurs s'expriment ! - Penser et Agir : Le développement personnel par l'action !

  • 25 septembre 2012 à 8 h 44 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Bien sûr, chacun fonctionne à sa façon et le meilleur moyen de trouver le moment pour agir est de s’analyser soi-même pour savoir quand on est prêt.

    Mais il y a tout de même des règles à suivre si l’on veut réussir. Certains pensent trop au détriment de l’action. Comme je le disais dans mon propre article, si j’avais attendu d’être sûr de réussir pour lancer mon blog, je ne l’aurais jamais lancé. Et j’ai fait plein d’erreurs. Et 6 mois après, quelle évolution !

    On apprend aussi sur le terrain. Avoir pensé toute sa vie et avoir un BAC+12 c’est bien. Avoir passé en plus de cela quelques années sur le terrain pour se familiariser avec le concret, c’est mieux.

    OK le pouvoir de l’attraction peut faire réaliser de grandes choses. Mais si l’on en reste aux principes de bases sans agir dès que l’on en a l’occasion, le pouvoir de l’attraction c’est peanuts. Il faut savoir trouver son équilibre.

    Penser est une étape obligatoire et comme tu le dis elle est indissociable de l’action. Mais certains la dissocie pourtant. Alors arrêtons cela. Ce qui compte, c’est de faire le premier pas et de ne pas se préoccuper de la longueur, voire de la difficulté du voyage. Dans tous les cas, agir sera une expérience enrichissante. Mais il ne s’agit pas non plus d’agir n’importe comment sans avoir réfléchi aux conséquances. Comme je le répète, c’est une histoire d’équilibre 😉

    Merci pour ton article.
    Dorian

    Répondre
    • 29 septembre 2012 à 13 h 42 min
      Permalink

      Merci Dorian pour ce long commentaire que j’approuve entièrement.

      Répondre
  • 25 septembre 2012 à 22 h 36 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    J’ai fait partie des personnes qui agissaient sans réfléchir et j’ai défoncé bien des murailles et gravi bien des montagnes infranchissables. Mais j’y ai brisé quelques os… et pas toujours les miens !
    Avec l’âge et l’illusion (non, non, ne pas me l’enlever !) de la sagesse, je réfléchis bien plus. Le problème, c’est aussi que j’agis moins…
    Allons bon, j’arriverai bien un jour à doser l’un et l’autre.

    Répondre
    • 29 septembre 2012 à 13 h 44 min
      Permalink

      Oui, Bernadette, c’est une question d’équilibre. Mais des fois, c’est bien aussi de ne rien faire, et de se laisser aller. (qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de soi).

      Répondre
  • 26 septembre 2012 à 14 h 47 min
    Permalink

    Quelle grande et bonne question! Le passage à l’action….Quand faut-il passer à l’action! Pas évident de donner une recette toute faite!
    Je pense qu’en toute situation, lorqu’il y a un désir de réalisation, il faut se poser une question : Qu’est ce qui m’empêche de passer à l’action?
    La mise en lumière des pensées et croyances limitantes va permettre de travailler dessus pour s’en débarrasser!
    Une fois les limites derrières nous, on se sent normalement tout à fait apte à passer à l’action!:)
    Merci pour cet article!

    Répondre
    • 29 septembre 2012 à 15 h 27 min
      Permalink

      Bonjour Marina,
      C’est sûr qu’il est difficile de passer à l’action tant qu’on a des pensées et croyances limitantes.
      Bien avant d’apprendre la PNL, j’avais posé cette question à un ami qui me parlait d’un projet : « qu’est-ce qui t’en empêche ? » C’est lui qui me l’a rappelé des années après avoir réalisé son projet.
      Cette question a un effet presque miraculeux parce qu’on prend conscience soudain que finalement il n’y a pas grand chose qui empêche quoi que ce soit dont on a envie.

      Répondre
  • 27 septembre 2012 à 17 h 46 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    J’aime bien la manière dont tu abordes le sujet, soulevant plus des questions que des rèponses :
    – le passage à l’action quand on est bloqué par la peur (ou la procrastination) va nous faire avancer
    – par contre, bien réfléchir, bien laisser murir son projet est capital pour le peintre ou l’architecte
    – parfois, certaines situations semblent inextricables, et il est urgent de ne rien faire, la situation va souvent se décanter …
    – et puis il me semble que s’assoir pour méditer, sortir de son mental et partir à la rencontre du non-manifeste, c’est aussi passer à l’action …
    J’apprécie que tu lances le débat de manière très ouverte …
    Bravo pour la pertinence de ton article
    Jean-Yves

    Répondre
    • 29 septembre 2012 à 15 h 34 min
      Permalink

      Bonjour Jean-Yves,
      Il y a aussi une autre façon d’envisager le passage à l’action ou plus généralement un projet. C’est d’avoir une sorte de foi immense, et de se dire : « de toutes façons, je sais que je vais y arriver, je ne sais pas comment mais ça va marcher. »
      On croit en sa bonne étoile, on est certain du Quoi sans s’attacher au Comment.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.