Les niveaux logiques de Dilts : modèle et exemple d’utilisation

 

Niveaux Logiques de Dilts
Niveaux Logiques de Dilts

Les niveaux logiques de Dilts : modèle

Voilà des informations qui m’ont passionné dans ma formation de PNL, et dont j’avais envie de vous parler.  Les niveaux logiques de Dilts est un modèle, une grille de lecture qui a révolutionné la PNL et sa pratique.

La PNL est une discipline récente puisqu’elle est née en 1975, et Robert Dilts est notre contemporain (il a l’âge de Sarkozy). Reprenant « les niveaux logiques de la pensée » mis en lumière par le psychologue Gregory Bateson (1904-1980), Il a réinventé les niveaux logiques qui ont fait évoluer la PNL car ils apportent un modèle plus large de traitement d’une problématique, en adaptant le type d’intervention selon le niveau concerné.

On peut utiliser ce modèle des niveaux logiques de Dilts, qui sont classés hiérarchiquement,  pour détecter à quel niveau se situe le problème d’une personne. L’intervention se fera au niveau supérieur, car un changement effectué à un niveau donné, aura des répercussions sur tous les niveaux inférieurs, mais rarement au dessus.

On ne peut d’ailleurs pas résoudre un problème au niveau où il se situe.

1er niveau : Environnement

C’est l’entourage, les personnes que l’on rencontre, les lieux où l’on vit.

Répond à la question : où, quand, avec qui ?

2ème niveau : Comportement

Ce sont les actions menées dans son environnement, indépendamment de ses compétences.

Répond à la question : quoi faire ?

3ème niveau : Capacité

Ce sont les compétences, tout ce qu’on est capable de faire, pour adopter tel comportement  dans tel environnement.

Répond à la question : comment ?

4ème niveau : Croyances et Valeurs

Nos croyances déterminent nos capacités et nos comportements. Si nous nous croyons incapables d’apprendre, de faire quelque chose, nous sabotons nos capacités d’apprendre ou de faire.

Répond à la question : Pourquoi ?

Les valeurs ont également une influence sur nos capacités. Ce sont des critères importants pour nous qui vont déterminer notre motivation.

Répond à la question : Pour quoi ?

5ème niveau : Identité

C’est le sentiment d’être un, d’être identique à soi-même tout le long de sa vie.

La représentation que chacun a de lui-même influence tous les autres niveaux inférieurs.

Répond à la question : Qui ?

Qui suis-je par rapport à ce que je crois, par rapport à mes capacités, mes comportements et mon environnement ?

6ème niveau : Transpersonnel

Ce niveau représente l’interaction d’une personne par rapport à un système plus vaste qu’elle. Il s’agit d’appartenance.

Tout changement à ce niveau aura des répercutions très importantes sur tous les autres niveaux.

C’est un niveau spirituel où on s’interroge sur le sens, sur l’existence, sur quelque chose de plus vaste et de plus grand que soi.

Répond à la question : Qui d’autre, quoi d’autre ?

Aux 5ème et 6ème niveau, on est en contact avec sa mission dans la vie, ce qu’on veut y accomplir.

Les niveaux logiques de Dilts : exemple d’utilisation

Examinons maintenant chacun des niveaux logiques de Dilts, par rapport à un objectif que je me fixe.

Environnement :

Dans quel environnement puis-je atteindre mon objectif ?

Dans quel contexte, avec qui, quand ?

Comportement :

Quels sont les comportements spécifiques et essentiels à mettre en place pour atteindre mon objectif ?

Capacité :

Quelles sont les capacités associées à mon objectif ?

Quels sont les processus cognitifs derrière les compétences à mettre en œuvre ?

Croyances et valeurs

Quelles sont les croyances et valeurs validées par les pensées et les actions mises en œuvre pour atteindre l’objectif ?

Quelles sont les valeurs exprimées par mes comportements et mes capacités ?

Que crois-je par rapport à la mise en œuvre du processus pour atteindre l’objectif ?

Pourquoi mes pensées et mes comportement(s expriment mes valeurs par rapport à cet objectif ?

Identité :

Quel est  mon rôle et mon identité par rapport aux actions, pensées, croyances, valeurs  liées à l’atteinte de mon objectif ?

Qui suis-je lorsque je mets en place ces processus ?

Transpersonnel :

Quelle est ma mission quand je suis dans ce rôle, avec ces croyances, ces valeurs, ces pensées et ces comportements ?

Qui d’autre sers-je quand je cherche à atteindre mon objectif ?

Quel est le système plus large dans lequel j’exerce ce rôle, je mène cette mission pour atteindre mon objectif ?

Voilà, vous avez un aperçu  sur les niveaux logiques de Dilts, et un exemple de la manière dont on peut utiliser ce modèle.

Et vous, connaissiez-vous les niveaux logiques de Dilts ?

Qu’en pensez-vous ?

Merci de laisser votre commentaire.

36 pensées sur “Les niveaux logiques de Dilts : modèle et exemple d’utilisation

  • 4 août 2013 à 14 h 42 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Super Article.
    Je vais avoir l’occasion d’y revenir.
    Auparavant, j’ai une question à te poser.
    Au delà de la théorie, as-tu un exemple concret d’utilisation par rapport à un objectif personnel que tu t’es fixé ?
    Cela m’aide beaucoup dans ma compréhension de passer par un exemple de la vie courante.
    En te remerciant, Vis une merveilleuse journée.
    Maxime

    Répondre
    • 5 août 2013 à 9 h 33 min
      Permalink

      Bonjour Maxime,
      Tu connais l’adage : « le cordonnier le plus mal chaussé ». J’avoue que je ne me souviens pas avoir utilisé les niveaux logiques de Dilts pour moi-même. Sinon d’une manière intuitive. Je prends conscience avec ta question de la difficulté à vulgariser les outils de la PNL. Je n’en dis pas assez, et du coup, ça entraîne vers d’autres questions.
      En l’occurrence, cet outil sert au coach, grâce à différentes questions, pour identifier à quel niveau se situe le problème du coaché.
      Je me souviens d’une personne qui avait un problème, a priori, d’environnement. Elle était insatisfaite de son cadre de vie.
      Avec une série de questions, je me suis aperçu que ses problèmes venaient de niveaux supérieurs, en l’occurrence, de croyances qu’elles avaient sur elle-même, (niveau identitaire) par rapport à l’image qu’elle pensait donner d’elle-même.
      En PNL, quand on a identifié la vraie difficulté, on utilise un protocole adapté, pour la résoudre.
      J’espère avoir répondu à ta question.
      Je t’embrasse.

      Répondre
  • 4 août 2013 à 16 h 53 min
    Permalink

    Bonjour Jean, tout comme Maxime, j’aimerai bien un exemple d’utilisation dans la vie courante afin de mieux cerner la chose.

    zenie

    Répondre
    • 5 août 2013 à 9 h 41 min
      Permalink

      Bonjour Zenie,
      A la question de Maxime, je me suis aperçu que l’explication des niveaux logiques de Dilts était insuffisante pour comprendre ses utilisations possibles.
      Je vais réfléchir à un autre article pour être moins vague.

      Répondre
  • 5 août 2013 à 11 h 50 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Je t’ai dit que j’allais y revenir parce qu’en février 2011, j’avais extrait ceci d’un cours de David Komsi.
    Je viens de retrouver le document que je cherchais.
    Je ne savais pas qu’en fait, il s’agissait des niveaux logiques de Dilts.
    Voici ce que j’avais noté il y a 2 ans :

    Les différents niveaux de changements.

    Il existe 6 différents niveaux où les changements peuvent se produire dans votre vie. Cʼest à ces niveaux que vous avez
    besoin de nouvelles ressources, nouveaux comportements ou manières de faire et dʼêtre pour atteindre vos buts.
    En changeant certaines choses à ces différents niveaux, vous allez pouvoir atteindre vos buts. Ce qui veut dire aussi que lorsque vous aurez atteint vos buts certaines choses auront changé à ces différents niveaux.

    ″Tout ce qui se passe dans votre vie dépend
    de ces 6 niveaux de changements″

    Voici les 6 niveaux de changements possibles :
    1) Le niveau de votre environnement
    • Travail, famille, amis, proches, comment j’occupe mon temps, mes vêtements, mes biens matériels.. Tout ce qui est extérieur à moi
    2) Le niveau de vos comportements
    • Attitude, façon de parler, d’agir, d’être
    3) Le niveau de vos capacités
    • Ce que je sais faire, l’ensemble de mes compétences à différents niveaux
    4) Le niveau de vos valeurs et croyances
    • Manière que j’ai de me représenter la vie ou les choses
    5) Le niveau de votre identité
    • L’image que j’ai de moi (conditionne mes pensées et actions)
    6) Le niveau dʼappartenance
    • Appartenir à un ensemble, œuvrer pour une cause commune

    Ce que j’ai compris, c’est que si tu veux changer quelque chose qui ne te convient pas à un niveau, tu vas obligatoirement changer quelque chose au niveau supérieur.
    Par exemple, si tu veux changer ton environnement, tu vas agir CHEZ TOI au 2ème niveau, celui de tes comportements.
    Et si quelque chose ne te plait pas au niveau de tes comportements, tu dois changer quelque chose au niveau supérieur, celui des capacités.
    Et ainsi de suite.
    Un exemple concret :
    Mon environnement ne me convient plus ?
    Je change mon comportement vis à vis de cet environnement.
    Par exemple, l’environnement est négatif à travers la télévision, je modifie mon comportement, j’arrête de regarder la télévision.
    Un autre exemple:
    Mon environnement est composé de personnes qui me pompent mon énergie et me tirent vers le bas, je change mon comportement vis à vis de ces personnes par exemple en prenant de la distance ou bien en coupant simplement le lien relationnel pour choisir de m’entourer de personnes à l’état d’esprit positif et qui me tirent vers le haut.

    Je t’embrasse.
    Vis une merveilleuse semaine.
    Maxime

    Répondre
    • 5 août 2013 à 12 h 40 min
      Permalink

      C’est exactement ça Maxime. Tu donnes d’excellents exemples.
      Je vais réfléchir à une suite de l’article.
      Merci de ta riche contribution.
      Merveilleuse semaine à toi aussi.

      Répondre
  • 5 août 2013 à 11 h 52 min
    Permalink

    J’ai voulu utiliser les balises HTLM pour mettre une partie du texte en italique et la fin de mon commentaire est également en italique.
    Tu veux bien corriger, STP ?
    Merci Jean !

    Répondre
  • 6 août 2013 à 14 h 24 min
    Permalink

    Bonjour Jean et bravo pour cette démonstration d’un cours pas toujours facile à expliquer de cette partie de la PNL et Maxime a bien « pigé » si j’ose dire

    On peut dire que tout est lié et dès que l’on touche à un niveau il y a une répercussion sur tous les niveaux

    Répondre
    • 6 août 2013 à 18 h 13 min
      Permalink

      Bonjour Sylviane,
      En effet, Maxime avait tout « pigé », et il m’a titillé par gentillesse.
      u as raison tout est lié. C’est pourquoi, ce n’est pas toujours simple de donner une compréhension globale au lecteur.
      Amicalement.

      Répondre
  • 24 mars 2014 à 10 h 32 min
    Permalink

    Bonjour, très belle démonstration, pour ma part, je fais un réel distinguo entre valeur et croyance donc un niveaux de plus.
    Merci pour cet article
    Bien cordialement,
    Pierre-Paul

    Répondre
    • 24 mars 2014 à 14 h 35 min
      Permalink

      Bonjour et bienvenue sur ce blog, Pierre-Paul,
      C’est vrai que je verrais bien moi aussi deux niveaux, celui des valeurs étant plus haut dans l’échelle de Dilts, car plus proche selon moi de l’identité.
      Les croyances peuvent évoluer tout au long de la vie, alors que les valeurs me semblent plus constantes avec le temps.
      Mais ça peut se discuter.
      Merci de la remarque.
      Bien cordialement.

      Répondre
  • 5 octobre 2014 à 21 h 11 min
    Permalink

    Bonsoir
    Tous les ans, je mets en scene une piece de theatre pour et avec les enfants de notre village. Depuis deux ans, un autre parent aide enormement en apportant son savoir-faire technique surtout pour l’eclairage. Mais cette annee, il me semble qu’il lui manqué de l’enthusiame et je me demandais pourquoi. Je me rends compte que je peux appliquer la pyramide des niveau logique pour denouer le problem. En effet, il veut que nous ayons des casques inter-com pour communique mais les membres du bureau trouve que c’est trop cher (70€) pour le weekend. Environnement: nous n’avons pas le bon materiel. Consequence sur notre Comportement: nous ne pouvons pas communiquer entre nous pendant le spectacle. Capacités: ce qui gene notre creativite, notre savoir-faire, notre performance. Il boude puisqu’il est sur de ne pas pouvoir y arrive, c’est perdu a l’avance: nous sommes arrives aux Croyances. Entre vous et moi, nous avons les sous de pouvoir louer ces casques nous-memes mais est-ce que ceci resoudra le problem? Parce que ce n’est plus un question des casques. Nous sommes montes assez haut dans le pyramide et la question est maintenant plutot: est-ce que je veux collaborer avec ces gens dont les valeurs sont si differentes aux miennes? Et meme a son identite: je me vois comme technician eclairage pro … et non pas papa qui anime un fete de village rural…

    A moi maintenant de trouver la bon facon de resoudre cette problem mais c’est un example d’un application quotidian des niveaux logiques. Je vous laisse dire si c’est utile pour vous!!

    Répondre
  • 3 février 2015 à 17 h 42 min
    Permalink

    bonjour à tous,

    merci à tous pour vos précisions sur ce sujet vraiment intéressant. En ce qui me concerne je ne distingue pas du tout valeurs croyance et identité malgré mes recherches personelles dans divers ouvrages. Cela me pose un vrai problème. Comment peut on identifier notre identité et nos valeurs et croyances ? si quelqu’un parvient à m’éclairicr j’en serais heureuse et reconnaissante. Bab

    Répondre
  • 22 septembre 2015 à 17 h 19 min
    Permalink

    Merci Jean pour cette merveilleuse idée de partage.
    Merci à toi Maxime d’apporter ta « lumière  »
    Tous les deux, vous êtes complémentaires pou moi.
    Jean est face à un objectif ou des objectifs que nous pouvons avoir ; et Maxime se rapproche à la vie humaine en général.
    Merci à tous les c’est intéressant
    Claire Isis

    Répondre
    • 22 septembre 2015 à 17 h 46 min
      Permalink

      Merci Claire Isis de ton commentaire et bienvenue sur mon blog.
      C’est vrai que mon ami Maxime a vraiment apporté une belle contribution à cet article.

      Répondre
  • 22 septembre 2015 à 17 h 31 min
    Permalink

    Bonjour Babeth !
    Je vais vous donner mon point de vue.
    Comment je conçois ces mots.
    L’identité c’est l’image que je me donne.
    Je suis qui par exemple
    Valeurs et croyances se rapprochent un peu
    Valeurs : je dirai  » je ne vendrai ma liberté à aucun prix » (me sentir libre est très important pour moi)
    Croyance : cela peut etre des croyances religieuse ou ce que je crois juste pour moi ( ce qui m’empêcherais d’agir autrement)
    Voilà mon explication
    Expectant que cela pourra vous éclairer
    Bonne continuation
    Claire Isis

    Répondre
  • 26 septembre 2015 à 10 h 02 min
    Permalink

    Bonjour Claire, explique de cette maniere est plus clair pour moi. Vos mots me « parlent » merci beaucoup. Babeth

    Répondre
    • 27 septembre 2015 à 16 h 56 min
      Permalink

      Bonjour Babeth,
      Je voulais juste ajouter par rapport à la définition de « croyance » : il s’agit de ce qu’on croit, plus exactement de ce dont on est sûr. Une croyance, c’est une certitude que l’on a.
      C’est pourquoi, on parle de « croyance limitante ». Par exemple quand on se dit : « je suis moche », c’est une certitude, on est persuadé qu’on est moche, et c’est une croyance limitante, car elle empêche d’avancer, d’être bien dans sa peau, etc…

      Répondre
  • 13 novembre 2015 à 14 h 36 min
    Permalink

    Bonjour et merci pour cet article qui est très clair, et les commentaires finissent de le compléter.
    Merci à tous pour votre contribution

    Répondre
    • 13 novembre 2015 à 14 h 40 min
      Permalink

      Bonjour Magaly et bienvenue sur mon blog.
      Merci de ce commentaire.

      Répondre
  • 13 novembre 2015 à 14 h 49 min
    Permalink

    Merci à vous pour ce magnifique article. A vrai dire je ne connaissait pas la pyramide de Robert Dilts mais plutôt celle de Maslow et je suis ravi d’avoir fait cette découverte ici. Je suis jeune (19ans) et je cherche comment me stabiliser et atteindre mes objectifs; et tomber sur de tels articles ça aide 🙂
    Merci encore à vous et bonne continuation!

    Répondre
    • 13 novembre 2015 à 15 h 10 min
      Permalink

      Bonjour Yvan, et bienvenue sur mon blog.
      Pour l’atteinte des objectifs, on dispose de nombreux outils; En tant que coach, j’en présenterai un prochainement dans un article.
      Bonne fin de journée.

      Répondre
  • 28 février 2016 à 12 h 36 min
    Permalink

    Bonjour;
    j’aimerai bien savoir si je peux utiliser l’échelle Dilts dans une recherche empirique avec une approche sociologique?

    Répondre
    • 29 février 2016 à 12 h 30 min
      Permalink

      Bonjour Najat et bienvenue sur mon blog.
      L’échelle de Dilts peut être utilisée en psychologie, en PNL par rapport à un individu et aux informations qu’il nous donne sur lui-même et que nous pouvons interprétées par ce biais.
      J’ai des difficultés à répondre à votre question ne connaissant pas précisément votre sujet, ni en quoi consiste exactement l’approche sociologique.

      Répondre
      • 20 mars 2016 à 23 h 22 min
        Permalink

        Merci pour votre réponse! Je travaille sur « la radicalisation chez les jeunes » et je vois que l’echelle de Dilts contient vraiment l’ensemble de mes questions sur le phénomène..

        Répondre
  • 29 février 2016 à 20 h 23 min
    Permalink

    Présenter sa pyramide personnelle et cerner un problème, un blocage, une croyance limitante.. sur laquelle vous voulez mener votre projet de développement personnel.

    Répondre
    • 1 mars 2016 à 12 h 12 min
      Permalink

      Bonjour Rima,
      En effet, l’échelle de Dilts peut être utilisée sur soi-même afin d’identifier à chaque niveau un éventuel problème. En revanche, le terme « projet de développement personnel » me semble trop flou. En PNL comme en coaching, on parlera plutôt d’objectif à atteindre, en étant précis, la formulation de l’objectif étant fondamentale.
      https://www.la-vie-positive.com/atteindre-ses-objectifs/

      Répondre
  • 29 février 2016 à 23 h 43 min
    Permalink

    Bonjour Najat, Bonjour Jean.
    Merci pour cet article.
    Najat, je vous conseille pour votre étude de vous rapprocher de la théorie de la Spirale Dynamique, dans laquelle vous pourrez étudier les évolutions de nos différentes sociétés. De mémoire je crois pas qu’il y ait eu de rapprochement entre les niveaux logiques et cette théorie, mais l’étude pourrait être intéressante, car la spirale dynamique étudie l’évolution des comportements et valeurs (et donc des croyances globales). Si jamais vous faisiez cette étude, je serais intéressé de voir votre étude. Bien à vous.

    Répondre
    • 1 mars 2016 à 11 h 58 min
      Permalink

      Bonjour Arnaud, bienvenue sur mon blog et merci de votre commentaire en réponse à la question de Najat.
      Une telle étude serait en effet intéressante. Affaire à suivre….

      Répondre
  • 20 mars 2016 à 23 h 32 min
    Permalink

    Merci jean et Arnaud pour votre réponse! Je travaille sur « la radicalisation chez les jeunes » et je vois que l’echelle de Dilts contient vraiment l’ensemble de mes questions sur le phénomène..pour cela je me demande si cette combinaison entre l’échelle et l’analyse sociologique pourra donner un bon résultat!

    Répondre
    • 21 mars 2016 à 12 h 50 min
      Permalink

      Bonjour Najat.
      Je comprends mieux votre question en sachant votre sujet d’études. Il est sûr que les différents niveaux de l’échelle de Dilts peuvent aider à analyser le phénomène de la radicalisation. Cette dernière agit sur l’individu au sein d’un groupe et l’échelle peut permettre de sérier les questions selon chaque niveau. Je serai très intéressé de voir comment vous traiterez ça et vous souhaite bon courage dans vos travaux.

      Répondre
  • 2 avril 2016 à 22 h 43 min
    Permalink

    Merci beaucoup jean, je serai ravi de partager avec vous mon travail avec l’échelle de Dilts.

    Répondre
  • 19 décembre 2016 à 20 h 32 min
    Permalink

    Bonjour, je suis formateur a en devenir ,en formation FPA et j’aurais une question.
    Comment arriver a faire revenir un équilibre entre une externalisation et une internalisation avec une personne complètement en externalisation.? Merci de vos réponses.

    Répondre
    • 20 décembre 2016 à 17 h 58 min
      Permalink

      Bonjour Gaetan et bienvenue sur mon blog.
      Je ne comprends pas votre question. Qu’est-ce qu’une personne en externalisation ?

      Répondre
  • 25 mai 2017 à 11 h 21 min
    Permalink

    Merci, comment tu fais lorsque ton problème
    se situe au dernier niveau ?

    Répondre
    • 12 juin 2017 à 12 h 05 min
      Permalink

      Bonjour Patrice et bienvenue sur mon blog.
      Mille excuses pour le retard à te répondre.
      Personnellement, je n’ai jamais rencontré de « cas » où le problème se situe au dernier niveau.
      Il peut s’agir de questionnements, de doutes à ce niveau le plus élevé chez la personne. On ne peut pas dire que ce sont vraiment des problèmes.
      L’échelle de Dilts est un outil qui permet en quelque sorte d’élever le débat sur des problèmes qui sont beaucoup plus concrets et quotidiens.
      Je ne sais pas si ça répond à ta question.
      Merci de ton commentaire.

      Répondre

Répondre à Maxime Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.