Depuis des années, je me suis fait une philosophie : je n’accorde pas plus d’importance que ça ne mérite, aux problèmes, aux obstacles, aux éventuels soucis que l’on peut rencontrer dans la vie.

L’importance dans les chansons

Et j’aime beaucoup les paroles du refrain que chantait Maurice Chevalier, et qui traduisent exactement cette attitude vis-à-vis des inquiétudes et préoccupations au quotidien.

Dans la vie faut pas s’en faire
Moi je ne m’en fais pas
Toutes ces petites misères
Seront passagères
Tout ça s’arrangera
Je n’ai pas un caractère
A me faire du tracas
Croyez-moi sur terre
Faut jamais s’en faire
Moi je ne m’en fais pas

Une autre chanson dans le même veine est : « don’t worry, be happy » (« ne t’inquiète pas, sois heureux ») de Bob Marley, qui a le don de me mettre particulièrement en joie à chaque écoute.

L’importance selon les auteurs

Depuis quelques temps, je me suis aperçu, en lisant des ouvrages et en écoutant des conférences sur Internet, qu’accorder trop d’importance aux choses que l’on a tendance à considérer négativement, était contreproductif voire nuisible.

Selon la loi de l’attraction, on attire, grosso modo, ce à quoi on pense le plus souvent. Si un problème advient qu’on ne sait pas résoudre, pour lequel on s’inquiète outre mesure, non seulement on ne va pas le résoudre, mais en plus, il se pourrait bien que les pensées obsessionnelles que l’on entretient aient l’effet inverse et que les problèmes empirent.

De la même façon, quand on a une peur excessive que certains évènements se produisent, on attire le même genre d’évènements qu’on redoutait par-dessus tout. On accorde hélas trop d’importance à ce qu’on craint.

Je lis et relis en ce moment, avec gourmandise, les volumes sur le Transurfing de Vadim Zeland. Ce dernier nous met en garde, lui aussi, par une autre approche, contre l’importance.

Son modèle diffère un peu de la loi d’attraction, mais aboutit aux mêmes processus concernant l’importance.

Pour lui, c’est une question d’énergie. Si vous accordez beaucoup d’importance à quelque chose, va se créer ce qu’il appelle un potentiel en excès.  Ce potentiel va perturber l’équilibre énergétique, et vous obtiendrez tout ce dont vous ne voulez pas.

Importance selon le Transurfing

C’est pourquoi, Vadim Zeland nous conseille de rejeter l’importance, qui est responsable, entre autres, des relations de dépendance.

Il parle d’importance interne et d’importance externe.

L’importance interne, c’est quand on donne une signification trop importante à ce qu’on ressent, à ses émotions, à ses sentiments. Par exemple le doute, la culpabilité sont internes.

L’importance externe, c’est quand on donne une signification trop importante à quelqu’un ou à quelque chose en dehors de soi. Par exemple, un but est, pour le Transurfing, quelque chose à l’extérieur de soi.

Je rejette l’importance intuitivement

Personnellement, j’ai toujours eu tendance à rejeter l’importance, non pas que je suis le Monsieur Jourdain du Transurfing, mais je pense que, pour me protéger, j’ai fait en sorte de ne pas tomber dans cette spirale négative qui suit des évènements douloureux. Et, du coup, au quotidien, les soucis semblent complètement insignifiants à côté de faits pouvant être ressentis comme des traumatismes.

Pas plus tard que dimanche passé, je faisais une recherche Internet sur mon ordinateur, et, tout d’un coup, plus rien. L’écran s’est figé, j’ai dû éteindre l’ordinateur avec le bouton marche-arrêt. J’attends quelques secondes et rallume la machine : le seul message que j’obtiens, c’est « system not found ».

Plutôt que de m’énerver, de me faire une montagne du bug et de chercher à

Rejetez l'importance

Me faire une montagne

comprendre le problème en échafaudant toutes sortes de vaines hypothèses, je n’ai pas insisté, j’ai ré-éteint en me disant  « ça marchera demain ». J’ai choisi de ne plus y penser du tout. Le lundi matin, j’ai allumé l’ordinateur qui a parfaitement fonctionné.

Pas de désir pour Vadim Zeland

Pour revenir au Transurfing, cette question de l’importance est centrale, car, pour obtenir ce que l’on veut dans la vie, il ne faut pas, non plus, y accorder trop d’importance. C’est là que Vadim Zeland fait la différence entre l’intention et le désir.

Et contrairement à Napoleon Hill qui préconisait le « désir ardent » pour arriver à ses fins, il exclue le désir, trop synonyme de l’importance excessive et définit l’intention comme moyen d’y parvenir.

Ce sera, peut-être, l’objet d’un prochain article.

Et  vous attachez-vous trop d’importance aux choses ?

A quoi accordez-vous une telle importance ?

Qu’en pensez-vous ?

Merci de laisser votre commentaire.