Rejetez l’importance

Depuis des années, je me suis fait une philosophie : je n’accorde pas plus d’importance que ça ne mérite, aux problèmes, aux obstacles, aux éventuels soucis que l’on peut rencontrer dans la vie.

L’importance dans les chansons

Et j’aime beaucoup les paroles du refrain que chantait Maurice Chevalier, et qui traduisent exactement cette attitude vis-à-vis des inquiétudes et préoccupations au quotidien.

Dans la vie faut pas s’en faire
Moi je ne m’en fais pas
Toutes ces petites misères
Seront passagères
Tout ça s’arrangera
Je n’ai pas un caractère
A me faire du tracas
Croyez-moi sur terre
Faut jamais s’en faire
Moi je ne m’en fais pas

Une autre chanson dans le même veine est : « don’t worry, be happy » (« ne t’inquiète pas, sois heureux ») de Bob Marley, qui a le don de me mettre particulièrement en joie à chaque écoute.

L’importance selon les auteurs

Depuis quelques temps, je me suis aperçu, en lisant des ouvrages et en écoutant des conférences sur Internet, qu’accorder trop d’importance aux choses que l’on a tendance à considérer négativement, était contreproductif voire nuisible.

Selon la loi de l’attraction, on attire, grosso modo, ce à quoi on pense le plus souvent. Si un problème advient qu’on ne sait pas résoudre, pour lequel on s’inquiète outre mesure, non seulement on ne va pas le résoudre, mais en plus, il se pourrait bien que les pensées obsessionnelles que l’on entretient aient l’effet inverse et que les problèmes empirent.

De la même façon, quand on a une peur excessive que certains évènements se produisent, on attire le même genre d’évènements qu’on redoutait par-dessus tout. On accorde hélas trop d’importance à ce qu’on craint.

Je lis et relis en ce moment, avec gourmandise, les volumes sur le Transurfing de Vadim Zeland. Ce dernier nous met en garde, lui aussi, par une autre approche, contre l’importance.

Son modèle diffère un peu de la loi d’attraction, mais aboutit aux mêmes processus concernant l’importance.

Pour lui, c’est une question d’énergie. Si vous accordez beaucoup d’importance à quelque chose, va se créer ce qu’il appelle un potentiel en excès.  Ce potentiel va perturber l’équilibre énergétique, et vous obtiendrez tout ce dont vous ne voulez pas.

Importance selon le Transurfing

C’est pourquoi, Vadim Zeland nous conseille de rejeter l’importance, qui est responsable, entre autres, des relations de dépendance.

Il parle d’importance interne et d’importance externe.

L’importance interne, c’est quand on donne une signification trop importante à ce qu’on ressent, à ses émotions, à ses sentiments. Par exemple le doute, la culpabilité sont internes.

L’importance externe, c’est quand on donne une signification trop importante à quelqu’un ou à quelque chose en dehors de soi. Par exemple, un but est, pour le Transurfing, quelque chose à l’extérieur de soi.

Je rejette l’importance intuitivement

Personnellement, j’ai toujours eu tendance à rejeter l’importance, non pas que je suis le Monsieur Jourdain du Transurfing, mais je pense que, pour me protéger, j’ai fait en sorte de ne pas tomber dans cette spirale négative qui suit des évènements douloureux. Et, du coup, au quotidien, les soucis semblent complètement insignifiants à côté de faits pouvant être ressentis comme des traumatismes.

Pas plus tard que dimanche passé, je faisais une recherche Internet sur mon ordinateur, et, tout d’un coup, plus rien. L’écran s’est figé, j’ai dû éteindre l’ordinateur avec le bouton marche-arrêt. J’attends quelques secondes et rallume la machine : le seul message que j’obtiens, c’est « system not found ».

Plutôt que de m’énerver, de me faire une montagne du bug et de chercher à

Rejetez l'importance
Me faire une montagne

comprendre le problème en échafaudant toutes sortes de vaines hypothèses, je n’ai pas insisté, j’ai ré-éteint en me disant  « ça marchera demain ». J’ai choisi de ne plus y penser du tout. Le lundi matin, j’ai allumé l’ordinateur qui a parfaitement fonctionné.

Pas de désir pour Vadim Zeland

Pour revenir au Transurfing, cette question de l’importance est centrale, car, pour obtenir ce que l’on veut dans la vie, il ne faut pas, non plus, y accorder trop d’importance. C’est là que Vadim Zeland fait la différence entre l’intention et le désir.

Et contrairement à Napoleon Hill qui préconisait le « désir ardent » pour arriver à ses fins, il exclue le désir, trop synonyme de l’importance excessive et définit l’intention comme moyen d’y parvenir.

Ce sera, peut-être, l’objet d’un prochain article.

Et  vous attachez-vous trop d’importance aux choses ?

A quoi accordez-vous une telle importance ?

Qu’en pensez-vous ?

Merci de laisser votre commentaire.

29 pensées sur “Rejetez l’importance

  • 25 août 2013 à 20 h 05 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    De plus en plus je mets de la distance entre les faits et mes réactions. Hélas il m’arrive encore d’être un peu trop réactive. Mais je me soigne…..

    Belle soirée

    Charlotte

    Répondre
    • 26 août 2013 à 10 h 55 min
      Permalink

      Bonjour Charlotte,
      C’est vrai que l’importance que l’on accorde aux choses est proportionnelle à l’ampleur de nos réactions.
      Mais si tu te soignes, c’est bon. 😉
      Bonne semaine.

      Répondre
  • 25 août 2013 à 20 h 25 min
    Permalink

    Bonsoir Jean, pour moi le désir ardent équivaut à une obsession obsessionnelle obsédante et destructrice car on veut contrôler l’incontrôlable et on y perd des plumes.

    L’intention par contre est beaucoup plus intéressante car on marche main dans la main avec la Vie jour après jour. C’est une relation plus douce qui se met alors en place dans ce nouvel état d’esprit très sain.

    zenie

    Répondre
    • 26 août 2013 à 11 h 01 min
      Permalink

      Bonjour Zenie,
      Tu as parfaitement résumé la différence entre les deux.
      Peut-être le « désir ardent » n’a–t-il que des effets positifs temporaires. (regarde l’exemple de Sarkozy qui ne pensait à son élection pas seulement en se rasant, qui a été élu, mais pas réélu.)
      Ou peut-être Napoleon Hill, qui est quand même une preuve de réussite, a-t-il une définition que l’on n’a pas comprise de ce concept.

      Répondre
  • 25 août 2013 à 22 h 25 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Je vais bientôt lire ces bouquins sur le transurfing et je suis étonné de ce que tu dis dans cet article. Selon moi, le désir ardent est primordial. Mais il doit être maîtrisé bien évidemment. S’il invoque des émotions négatives dues à l’obsession, alors effectivement il y a un soucis. Mais pour que la loi de l’attraction marche comme on l’entend, il faut être dans un esprit et une attitude 100% positive. Dans ce cas le désir ardent est complètement valable. Je pense que ce que tu dis dans l’article permet de contourner certaines défaillances chez les personnes qui échouent dans l’application de la loi. Et c’est bien. Mais pas mieux seulement moi.

    Bien amicalement,
    Dorian

    Répondre
    • 26 août 2013 à 11 h 09 min
      Permalink

      Bonjour Dorian,
      Ce que j’ai lu dans les livres de Vadim Zeland m’a étonné et semblé paradoxal a priori. Mais c’est bien ce qu’il dit pourtant. Et c’est contradictoire avec le « désir ardent » de Napoleon Hill.
      Ce n’est pas une question de positif ou de négatif.
      Je n’ai pas la place ici de faire la différence entre intention (selon Transurfing)) et désir. Grosso modo, l’intention est « pure » et il y a accord entre « l’âme » et « l’esprit ».
      Bien à toi.

      Répondre
      • 27 août 2013 à 21 h 01 min
        Permalink

        Bonjour Jean,

        Merci de ta réponse et ta dernière phrase est intéressante. Je pense tout de même que le vrai désir ardent met en accord l’âme et l’esprit. Mais c’est une bonne idée de faire la distinction entre un désir très ponctuel qui ne représente rien et un désir plus profond et plus soutenu qui a plus de valeur.

        Répondre
        • 28 août 2013 à 10 h 53 min
          Permalink

          Merci Dorian,
          Je pense que je vais faire un article pour approfondir ce qu’en dit Vadim Zeland.
          Amicalement.

          Répondre
  • 26 août 2013 à 8 h 47 min
    Permalink

    Bonjour Jean
    Personnellement je n’attache pas vraiment d’importance à quoi que ce soit ; j’essaie de prendre les choses comme elles viennent sans me rebeller contre ce qui me dépasse ; je serais plutôt dans l’état d’esprit qui consiste a exploiter les opportunités qui se présentent au mieux de mes intérêts

    Répondre
    • 26 août 2013 à 12 h 04 min
      Permalink

      Bonjour Janine,
      C’est un bon état d’esprit : si tu n’attends rien, tu n’es pas déçue. En revanche, tu exploites les bonnes opportunités. Que du positif.
      Amicalement.

      Répondre
  • 26 août 2013 à 9 h 26 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Tu donnes toujours des bons conseils ! J’avais tendance à « bloquer » sur ce qui me contrariait moi aussi mais je me suis rendue compte que ça n’arrangeait rien, bien au contraire même !

    Du coup, j’essaie de mettre « ce qui ne file pas droit » dans un coin de ma tête… et des fois j’y arrive, des fois non… : )

    Belle semaine à toi Jean !

    Répondre
    • 26 août 2013 à 12 h 36 min
      Permalink

      Bonjour Nathalie,
      C’est assez facile de donner de bons conseils, ça n’engage à rien et ça reste théorique 😉
      Après, dans la pratique, ils ne sont pas toujours évidents à suivre. Depuis 28 ans que j’en parle à ma femme, elle a fait quelques progrès mais elle reste toujours aussi angoissée pour un oui pour un non, quand il s’agit de l’image qu’elle pense que nous projetons chez les autres.
      Bonne semaine à toi aussi.

      Répondre
  • 26 août 2013 à 10 h 30 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Comme Zénie, je privilégie l’intention au désir ardent. Il me semble que ce dernier pourrait amener une volonté de contrôle dans le résultat.
    Mais est ce si important? La vie s’en charge…

    Répondre
    • 26 août 2013 à 12 h 39 min
      Permalink

      Bonjour Nicole,
      Je pense que, comme Zenie, tu as raison. De plus, en tant qu’artiste, tu sais accorder ton « esprit » et ton « âme ».
      Bien amicalement.

      Répondre
  • 27 août 2013 à 18 h 42 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    C’est super que tu soulèves ce problème avec
    la loi d’attraction. J’ai même entendu, pensez
    jusqu’à l’obsession à ce que vous voulez obtenir et je crois comme le préconise transurfing qu’imprimer une trop grande pression par sa volonté ne nous fasse déclencher exactement l’inverse. Trop de charge, trop de pression, l’univers régule en envoyant une pression inverse!
    https://www.forme-sante-ideale.com/langage-secret-des-couleurs-hyper-responsable/

    Répondre
    • 27 août 2013 à 19 h 08 min
      Permalink

      Bonjour Hannah,
      Oui, j’avais déjà vu cette contradiction au niveau de la loi d’attraction, et là, en lisant les bouquins de Vadim Zeland, ça m’a frappé encore plus, car il oppose clairement désir et intention, et le « désir ardent » de Napoleon Hill m’est revenu en tête.
      C’est ça, trop de pression aboutit à un rééquilibrage et on obtient l’effet inverse.
      Pour cette raison, le mot « balancier » du Transurfing est bien choisi.
      Amicalement.

      Répondre
  • 27 août 2013 à 20 h 59 min
    Permalink

    Bonsoir Jean,

    J’aimais beaucoup écouter Maurice Chevalier quand j’avais…22 ans !
    Je n’ai pas toujours eu cette attitude de prendre la vie comme elle vient.

    Se focaliser sur une situation peu effectivement donner le contraire de ce que l’on désire.

    Il faut l’expérience de la vie pour l’accepter.

    Je suis devant un mur sans savoir ce qui m’attend, j’ai décidé d’accepter la situation, ne pouvant tout maitriser, et de faire ce que je peux et surtout de faire confiance. Non pas en étant passive, mais en n’encombrant pas mon esprit de pensées destructives.

    Napoléon Hill, Vadim Zeland : ont tous les deux raison dans leur façon de voir. Un juste milieu est à trouver et à adapter à chacun d’entre nous. Il y a une part à prendre de ce que l’univers réserve à chacun d’entre nous, même si nous sommes le capitaine de notre vie. Nous devons faire avec les éléments se présentant sur notre chemin. (enfin, c’est mon idée)

    Amicalement,

    Hélène

    Répondre
    • 28 août 2013 à 10 h 44 min
      Permalink

      Bonjour Hélène,
      Je pense comme toi : Hill et Zeland ont raison tous les deux.
      Simplement, chacun met l’accent sur ce qui lui semble important.
      Napoleon Hill, qui a réussi à ce que son fils sourd-muet puisse communiquer, avait vraiment ce résultat en tête jusqu’à l’obsession, et ça a marché.
      Ce que j’ai compris avec Zeland, (que je savais intuitivement) c’est que, pour ça marche, « l’âme » doit être partie prenante. En l’occurrence c’était l’amour pour son fils.
      Amicalement.

      Répondre
  • 29 août 2013 à 12 h 33 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Je découvre à l’instant ton article.
    Et tu imagines bien que j’ai à coeur d’y déposer mon grain de sel, puisque celui-ci est en lien avec la loi d’attraction, les enseignements de Kevin Trudeau qui reprend le terme de désir ardent de Napoléon Hill et le concept d’importance lié à Transurfing.
    Je me suis particulièrement senti concerné parce que j’ai découvert la notion de désir ardent et la notion d’importance quasiment au même moment il y a bientôt 2 ans et je me suis mis en chemin pour donner du sens et à clarifier tout cela afin de retransmettre le « bon » enseignement.
    En fait tout le monde a raison.
    Voici mon point de vue, corroboré par David Laroche qui vient d’interviewer Bob Doyle, un des intervenants du film « Le Secret ».
    Il y a en fait une confusion sur le sens du désir ardent, sur le lieu de l’émission de ce désir.
    Les textes laissent supposer qu’il se situe dans la tête, dans le mental (Vous devenez ce à quoi vous pensez le plus souvent), que c’est la pensée qui est la source de ce désir.
    Ce que je comprends aujourd’hui, c’est que la pensée n’est pas la source du désir, ce sont les tripes qui sont la source du désir, c’est que Bob Doyle a confirmé à David.
    Tu peux avoir une pensée obsessionnelle mais si il n’y a pas l’émotion obsessionnelle associée avec la pensée au niveau des tripes, c’est là où il y a création de potentiel en excès, d’importance et l’action des forces d’équilibrage.
    C’est également en lien avec la notion de focalisation et la notion d’alignement entre le corps, l’âme et l’esprit.
    Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, c’est quand j’ai écouté Chris McGarahan, un des conférenciers du club GIN dont je suis membre, qui en 90 jours a réussi un challenge en marketing de réseau que d’autres ont mis 6 mois ou 1 an à réaliser.
    Le contexte est le suivant:
    Chris était bucheron, sa femme l’a sauvé de l’alcool, ils venaient de se marier, elle était enceinte, il se casse le poignet et se retrouve sans travail.
    C’est là qu’il rencontre Blayne Athorn , ami proche de Kevin Trudeau.
    Blayne lui explique comment faire une présentation d’un produit en vente dans le cadre d’un marketing relationnel.
    Chris explique qu’il était une tête « vide » à l’époque, il ne s’est pas posé la question si il allait réussir ou pas, il n’avait qu’un seul objectif en tête en lien avec l’amour qu’il ressentait pour sa femme, ramener de l’argent à la maison pour assurer la survie de sa famille.
    C’était son obsession, c’était dans ses tripes, son esprit était parfaitement aligné avec son âme, il rayonnait de son désir ardent qui était lié à l’amour, à la CONTRIBUTION pour l’autre, pour quelque chose de plus grand que lui.
    D’un côté, on pourrait dire que c’était très important pour lui alors qu’en réalité, il n’y avait pas de création d’importance, il était complètement détaché du résultat, en total lâcher-prise, la seule chose qui comptait pour lui, c’était le petit pas suivant en direction de son objectif qui était de sauver sa famille, et l’argent était mis au SERVICE de cette noble cause.
    David Laroche m’a permis de clarifier tout cela en nous posant 2 questions pour clarifier nos objectifs :
    > Qu’est ce qui est important pour toi (au niveau des tripes, de nos valeurs)
    > Quel est le prix à payer si tu renonces à tes rêves ?
    C’est tout le chemin intérieur que je suis en train de faire depuis 1 mois maintenant, aligner ce que je ressens dans mes tripes, mes valeurs, mes forces, ce qui est important pour moi, ce qui VIBRE au plus profond de moi, mon essence d’être et ce que je veux transmettre comme enseignement à travers mes formations, avec un message qui soit ALIGNE avec qui JE SUIS !
    Cela va pour moi bien au delà du message lui-même, il touche en moi la notion de contribution à un monde meilleur en attirant à moi des personnes qui sont alignées avec le message que je veux transmettre.
    Donc, pour résumer, la notion d’importance dans Transurfing est directement liée à l’intensité du décalage du potentiel émis entre les pensées et les tripes (la vibration émotionnelle de la personne).
    Exemple chiffré :
    1- Attachement au résultat :
    > Potentiel de la pensée : 100
    > Potentiel émotionnel : 0
    => Potentiel en excès : 100 – 0 = 100
    => Action des forces d’équilibrage
    => J’attire à moi ce que je NE veux PAS.
    2- Contribution au monde, création de richesse, lâcher-prise sur le résultat :
    > Potentiel de la pensée : 100
    > Potentiel émotionnel : 100
    => Potentiel en excès : 100 – 100 = 0
    => Action des forces d’équilibrage nulle
    => J’attire à moi ce que JE VEUX
    => Ma pensée va se matérialiser dans la matière en un temps record

    Merci Jean de ton article qui me donne l’occasion de mettre par écrit ce que j’avais commencé à toucher du doigt intuitivement.

    Je t’embrasse.
    Vis une merveilleuse journée.
    Maxime

    Répondre
    • 1 septembre 2013 à 10 h 24 min
      Permalink

      Bonjour Maxime,

      Très intéressant ton commentaire !
      Tu es très juste dans tout ce que tu dis même si je ne te suis pas vraiment sur le « J’attire à moi ce que je NE veux PAS » si le potentiel émotionnel n’est pas présent. C’est faux selon moi et voici pourquoi (ouvert à discussion bien sûr)

      Si le potentiel émotionnel est à 0, ce que tu veux ne se matérialise pas. Mais il n’y a pas de raison que l’on attire l’inverse. On attire l’inverse si, et seulement si, nous avons des croyances limitantes (ce que les anglais appellent aussi disbelieves) que nous connaissons comme la peur, le doute, la colère, la frustration et j’en passe.

      Au plaisir d’en parler avec toi et j’irai également réagir sur ton blog.
      Au plaisir.
      Dorian

      Répondre
      • 2 septembre 2013 à 18 h 12 min
        Permalink

        Bonjour Dorian,
        Ta remarque m’interpelle.
        Et je t remercie de l’avoir faite.
        Dans mon exposé, je me suis limité à la différence de potentiel qui active les forces d’équilibrage.
        Et s’il y a action des forces d’équilibrage, il y a, de mon point de vue, action dans la matière, d’une manière ou d’une autre.
        Et dans le « je ne veux pas », le « rien » correspond bien à quelque chose que je ne veux pas, non ?
        Quand il y a charge émotionnelle « négative », cela signifie pour moi que tu sera à -100 au niveau de la pensée et -100 au niveau du mental qui vibre ce qu’il ne veut pas.
        Il va donc attirer encore plus ce qu’il ne veut pas.
        Ouf, je m’en tire pas mal, non ? 😉
        Qu’est ce que tu en penses quand tu regardes ce schéma :
        https://www.transurfing-ouest.com/wp-content/uploads/2013/08/photo.jpg
        Un point qui reste à développer, c’est comment bénéficier de la charge émotionnelle « négative » pour la mettre au service de son désir et attirer encore plus vite ce que l’on désire.
        C’est ce que dit Kevin Trudeau dans ses enseignements.
        « Je vais me servir de ma colère ou de l’énergie de peur pour la mettre au service de mon projet ».
        Et pour le moment, comment intégrer cette donnée dans mon schéma ?
        Là, je cale.
        As-tu une idée ?
        Vis une merveilleuse soirée.
        Maxime

        Répondre
        • 2 septembre 2013 à 21 h 05 min
          Permalink

          « Et dans le « je ne veux pas », le « rien » => OK dans ce cas 🙂

          Je te répond par mail, ce sera plus simple.

          Répondre
  • 29 août 2013 à 13 h 03 min
    Permalink

    Un énorme merci à toi, Jean pour m’avoir permis d’écrire ce commentaire qui fait 830 mots.
    Je vais en faire mon article de la semaine en le remaniant légèrement au niveau de la forme mais le fond reste le même.

    Merci du fond du coeur car je pense qu’il va aider beaucoup de personnes.

    Je t’embrasse.
    Maxime

    Répondre
    • 29 août 2013 à 22 h 22 min
      Permalink

      Merci à toi Maxime.
      Je t’embrasse.

      Répondre
  • 29 août 2013 à 22 h 06 min
    Permalink

    Et bien, ton commentaire Maxime m’interpelle…
    Lectrice de Tom Hopkins, Anthony Robbins…Je touche du doigt sur le pourquoi malgré mes pensées obsédantes, je n’attire pas ce que je veux mais ce que je ne veux pas. Très agaçant tout de même, non ?

    Idées plus qu’intéressantes, voire passionnantes. Je vais creuser ce concept, il y a des années que je me pose cette question sur le pourquoi des pensées créatrices qui n’aboutissent pas.
    L’empreinte du passé doit y être aussi pour quelque chose, difficile de « décaper » les « étiquettes » de l’éducation malgré un recul pris et une forte motivation.

    Potentiel de la pensée et potentiel émotionnel : je retiens la notion du potentiel émotionnel. (pour moi, à creuser…)
    Merci pour ces graines qui vont germer, ce n’est plus le printemps mais notre potentiel à la capacité de s’épanouir quelque soit les saisons.

    Répondre
    • 29 août 2013 à 22 h 21 min
      Permalink

      Bonjour Hélène,
      Devant la qualité de son commentaire, j’ai invité Maxime à faire un article invité.

      Répondre
    • 29 août 2013 à 22 h 53 min
      Permalink

      Bonsoir Hélène,
      Entre le commentaire écrit en début d’après midi et l’article tiré de ce commentaire et que Jean vient de publier, j’ai encore eu l’occasion de l’approfondir.
      Je t’invite à le lire à me donner un nouveau feed-back si tel est ton désir 😉

      Répondre
  • Ping : Transurfing Vs Loi d’Attraction : Importance Vs Désir Ardent | Transurfing-ouest

  • 30 août 2013 à 22 h 04 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    entre ton article et les commentaires, surtout celui de Maxime, voilà un sujet fort intéressant !

    Raison, importance, désir, tripes et autres voilà que tout nous emmène vers l’article de Maxime.

    Je vais le lire de ce pas, car le sujet est des plus intéressants. Merci.

    Je te souhaite un heureux week-end,

    Albin

    Répondre

Répondre à zenie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.