Brice au pays des serviettes

Dans la vie, il ne faut pas toujours être sérieux. Sortir de ses habitudes. Créer quelque chose d’inattendu. Rire un bon coup, c’est bon pour la santé.

L’article d’aujourd’hui entre dans le cadre de l’évènement inter-blogging « Agir ? Réagir ? Mais qui ou qu’est-ce qui agit ou réagit ? ».

Cet évènement est organisé par Didier du blog le voyage du lâcher prise avec l’appui de nombreux autres blogueurs et blogueuses.

Il va s’étaler sur plusieurs mois, plusieurs blogueurs vont y participer, il y aura des articles très sérieux ou très amusants, des jeux, des surprises et …

Non, non, je ne vous en dis pas plus pour l’instant, parce que, sinon, ce n’est plus une surprise.

Parmi les amusements et autres délires autorisés, chaque participant a la possibilité d’écrire un article sur un « t’aime sourire ».

Le « t’aime sourire » que j’ai choisi pour mon article du jour est :

« Un torchon et une serviette se sont inopinément
rencontrés au détour du chemin. Le coup de foudre
les a frappés. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Voici ma production.

Brice au pays des serviettes

Brice au pays des serviettes
Brice au pays des serviettes

Brice Bouchon était le fruit d’amours illégitimes et contre-nature de Brigitte et Ulysse Torchon.

Brigitte Torchon, une rédaction d’élève de 5ème, bâclée, mal écrite, pleine de tâches d’encre et de fautes d’orthographe, s’était retrouvée sur une table de cuisine entre un verre de piquette et des restes de repas.

Et Ulysse, à peine essangé avant d’aller à la lessive, avait été jeté un peu au hasard au même endroit. La peau si lisse de la feuille de Brigitte l’avait émoustillé, lui qui devenait blasé du contact répété des tissus râpeux et peu avantageux.

Brice, (contraction de Brigitte et d’Ulysse) n’avait jamais connu sa maman. Son papa avait vite rejoint les membres de sa famille Torchon, qui, ne craignant pas les effets de la consanguinité, ne se reproduisent habituellement qu’entre eux.

Sa maman avait séjourné un bon moment sur cette table et avait été finalement balancée sans cérémonie, à la poubelle, réduite au statut dégradant de papier gras.

Brice avait tout l’avenir devant lui. Plus papier que torchon, extra blanc, 275 g/m², 100% α-cellulose, grain torchon, Brice était appelé à terminer en œuvre d’art sous la main d’un peintre célèbre.

Hélas, Brice était aussi sot que grenu. A ce handicap, s’ajoutait le fait qu’un employé de l’administration des rangements et étagères faisait ses T comme des B et ses R comme des U. De Torchon, il se retrouvait Bouchon.

Cette simple erreur devait changer radicalement son destin. Plutôt que d’aller rejoindre les prestigieuses fournitures des créateurs et designers, encre de chine, peinture acrylique, pastels et autres objets inspirants, il avait atterri au beau milieu des accessoires de cuisine d’un restaurant lyonnais. Son nom de bouchon ne devait pas y être étranger.

Second virage de sa destinée, sa blancheur éclatante l’avait fait confondre avec les serviettes empesées qu’on ne sortait que pour les grandes occasions.

Il s’y était frotté bien malgré lui, dans les armoires, dans la machine à laver, contredisant l’adage qu’on ne peut mélanger torchons et serviettes. Il fréquentait du beau linge, il faisait partie maintenant de la noblesse de table, avait un certain statut, mais on sentait bien qu’il lui manquait quelque chose.

Toutes les serviettes et draps de vaisselle étaient attirés par son grain de peau si particulier. Mais lui, complexé par ses origines de souillon qu’il faisait tout pour cacher, restait raide et distant comme un passe-lacet.

Comme il se faisait un devoir de conserver une allure impeccable, il y mettait tout son temps et son énergie. Si bien qu’en dehors de ça, la vie lui semblait terne et morose.

Jusqu’au jour où Brice rencontra Sylvette.

Alors qu’il était, en serviteur zélé, impassiblement roulé dans un rond dont le contact métallique et froid le laissait de marbre, il se vit soudain projeté dans les airs, puis retombant alangui telle une feuille morte. Cette chute fut la plus belle de sa vie. Déjà ce lent mouvement virevoltant lui procura une sensation extatique jamais connue auparavant. Mais l’apogée de la chute, si j’ose dire, fut l’atterrissage sur Sylvette la serviette.

Une merveille de serviette, à cent lieux des chiffons et essuie-mains, même en lin amidonné. En cuir pleine fleur dont les effluves savoureux ont fait croire l’espace d’un instant à Brice qu’il avait un odorat, la fonction créant en quelque sorte l’organe. Le toucher à la fois souple, élastique et chaleureux le séduisit par-dessus tout, et Brice, à la fin de cette chute mémorable tomba à nouveau, mais cette fois, fou amoureux.

Coup de torchon ? Non. Coup de foudre !

Le rabat du cartable était entrouvert. Répondant à la muette invitation, Brice s’introduisit en glissant délicieusement à l’intérieur déjà chéri.

Elle l’appela tout de suite mon Bouchon, mon BB. Et Brice se fit la réflexion :

« Je brule d’amour pour Sylvette. Quelle chance que je ne m’appelle plus Torchon ! Le torchon brule aurait été un mauvais présage pour notre avenir commun. »

Il avait bien raison car, comme bon nombre de héros avant eux dans les contes et légendes ancestrales, Brice et Sylvette se marièrent, vécurent heureux, et eurent beaucoup de portefeuilles.

Voila. J’espère que mon histoire vous a plu. J’en inventerai probablement une autre sur un autre « t’aime sourire » qui sera publiée, peut-être sur un autre blog que le mien.

L’évènement « Agir ? Réagir ? Mais qui ou qu’est-ce qui agit ou réagit ? » va se poursuivre. Il a été initié lors de l’édition de septembre du festival A la croisée des blogs, dont le thème était « Penser et Agir, à quel moment vous devez passer à l’action ? », et auquel j’avais contribué par cet article.

Didier du blog le voyage du lâcher prise, Patrice du blog Succès-marketing, organisateurs de l’événement, et votre serviteur, vous invitent à jouer au jeu “les mots vous sourient”, dont voici les règles en un clic.

Si vous avez aimé cet article, merci de cliquer ci-dessous
sur les icônes de votre réseau social préféré.

Et pensez aussi à laisser vos commentaires ci-dessous.

23 pensées sur “Brice au pays des serviettes

  • 8 février 2013 à 21 h 26 min
    Permalink

    Salut Jean, j’ai gloussé de plaisir. C’est vraiment sympa de voir ce qui peut se créer à partir de se genre de sujet. La créativité pure. J’adore.

    J’ai essayé les liens, chez moi ils fonctionnent.
    @+ Jean.

    Répondre
    • 9 février 2013 à 10 h 57 min
      Permalink

      Salut Didier,
      Moi aussi, j’ai eu un réel plaisir à écrire ce gentil délire.
      Oui, les liens fonctionnent, ça y est. J’avais dû mal cliquer…
      Amicalement.

      Répondre
    • 9 février 2013 à 10 h 59 min
      Permalink

      Bonjour Hannah,
      Merci du compliment. Ca me touche surtout venant de toi.
      J’attends l’inspiration pour un autre « t’aime sourire »…
      Amitiés.

      Répondre
  • 9 février 2013 à 14 h 10 min
    Permalink

    Etonnant cet article !
    Je ne suis pas bien sûr d’avoir bien saisi le sujet de cet évènement mais je vais m’y intéresser 🙂

    Dorian

    Répondre
    • 10 février 2013 à 11 h 29 min
      Permalink

      Bonjour Dorian,
      C’est vrai que l’organisation de l’évènement n’est pas facile à saisir…
      Didier nous envoie une circulaire pour nous faciliter les différentes étapes.
      Bonne journée.

      Répondre
  • 9 février 2013 à 19 h 54 min
    Permalink

    Bonsoir Jean

    Etonnant t’aime sourire, beaucoup d’humour, il n’était pas dit « que l’on ne mélangeait pas les torchons et…..Tu as osé la consanguinité…

    Agréable surprise;

    Belle soirée

    Charlotte

    Répondre
    • 10 février 2013 à 11 h 33 min
      Permalink

      Bonjour Charlotte,
      Oui, c’est étonnant. Petit interlude de blogueurs.
      Bonne journée.

      Répondre
  • 19 février 2013 à 0 h 12 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Je me suis lancée à répondre à l’invitation de Didier et j’ai choisi le même thème que toi.
    J’ai eu du mal à rentrer dans le jeu, un lâcher prise a été indispensable, car j’ai besoin d’ordinaire de savoir où je vais et là c’est très mystérieux. Finalement je me suis amusée, comme toi j’ai l’impression. J’ai hâte de lire d’autres histoires loufoques, comme tu le dis, un peu d’humour et de légèreté ne fait pas de mal..
    Valérie
    Mon histoire:
    https://universunmondeencouleur.com/unions-insolites/

    Répondre
    • 19 février 2013 à 9 h 52 min
      Permalink

      Bonjour Valérie,
      Tu as raison, il faut « lâcher prise » pour pouvoir entrer dans une phase de créativité. Je vais aussitôt lire ton histoire

      Répondre
  • 9 mars 2013 à 17 h 14 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Chez moi, nous avons une expression qui va comme suit :

    Chaque torchon trouve sa guenille qui veut dire à chaque chaudron son couvercle et qui veut dire que chaque personne, quelle qu’elle soit (même moche) trouvera quelqu’un qui lui convient (moche aussi d’habitude).

    Ton histoire est charmante et je lui accorde un aime-sourire, même si je ne comprends pas l’évènement.

    Les histoires drôles ou rigolotes me plaisent bien. En fait, c’est ce que je préfère.

    Bonne continuation dans cet évènement.

    Amicalement,

    Sco! 🙂

    Répondre
  • 26 mars 2013 à 18 h 55 min
    Permalink

    Bonjour Jean,

    Deux questions :

    1/ Accepterais-tu que ton histoire soit mise en podcast ?

    2/ Me permets-tu d’utiliser ton terme « Aime sourire »
    Merci

    Répondre
    • 27 mars 2013 à 10 h 54 min
      Permalink

      Bonjour Didier,
      Je réponds « oui » à la première question.
      Je ne comprends pas ta deuxième question, mais je suis d’accord aussi.

      Répondre
  • 27 mars 2013 à 11 h 00 min
    Permalink

    Salut Jean. Tu vas bien ?

    J’ai entendu dire que l’idée du « aime-sourire » que Sco t’as donné était une idée de toi et j’aime bien ce titre honorifique. Pour la suite de l’événement, je vais proposé encore deux articles plus dans la veine des blogueurs, j’aimerai proposé aux lecteurs d’accordé des « aime-sourires » aux articles. Voilà pourquoi je te demande avant. Merci (je te dis pour le podcast)
    autre chose – ce n’est pas bien grave, mais bon. Je suis en nofollow chez toi ?

    Répondre
    • 27 mars 2013 à 11 h 52 min
      Permalink

      Salut Didier,
      oui, je vais très bien.
      Je suis d’accord pour tout, venant de toi. J’adore les délires d’écriture et de lire des écrits délirants.
      Ben oui, je n’ai pas réussi à mettre en dofollow : mon thème « mystique » nécessite un bidouillage hors de ma compétence. Dès que j’ai trois traitres sous, je sous traite.
      Amitiés.

      Répondre
  • 3 avril 2013 à 18 h 27 min
    Permalink

    Bonsoir Jean,
    Très belle plume cette histoire de Brice et plein de clin d’yeux qui méritent effectivement un max d’aimes sourires !
    Belle affaire ces thèmes – je continue mon tour et vais profiter des découvertes !
    Au plaisir
    Sinje

    Répondre
    • 4 avril 2013 à 9 h 42 min
      Permalink

      Bonjour Sinje,
      Merci du compliment.
      C’était une très bonne idée de Didier, c’est très agréable de laisser aller sa créativité, et c’est très agréable de découvrir d’autres « oeuvres » de collègues.
      Bien à toi.

      Répondre
  • 8 avril 2013 à 14 h 40 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    Quelle imagination ! Merci de m’avoir fait rire avec cette histoire, ce fut un plaisir de te lire.
    J’ai hâte d’en découvrir d’autre venant de ta plume (heu… de ton clavier plutôt ;-))
    Amicalement
    Virginie

    Répondre
    • 9 avril 2013 à 21 h 53 min
      Permalink

      Merci du compliment Virginie.
      Amicalement.

      Répondre
  • 7 mai 2013 à 14 h 13 min
    Permalink

    Bonjour Jean. Un détail que tu peux modérer.
    Dis-moi, tu reçois mes mails .Je viens de t’en envoyer un pour lequel j’ai besoin de ta documentation pour l’exposition qui ouvrira ses portes le 1er juin.
    Tu peux me dire STP

    Répondre
    • 7 mai 2013 à 15 h 48 min
      Permalink

      Bonjour Didier,
      Oui j’ai reçu ton mail d’hier. Je reviens d’un long week-end et je découvre à l’instant tous mes messages.
      Tu as de la chance parce que j’hésitais entre continuer une lecture passionnante ou allumer mon ordi…
      Bien à toi.

      Répondre

Répondre à hannah@technique Tipi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.