Comment Etre Heureuse dans la Vie

comment etre heureuse dans la vie
Comment Etre Heureuse dans la Vie

Comment Être Heureuse dans la Vie

Cet article « Comment Être Heureuse dans la Vie » vous propose, pour éclairer la question : « Comment Etre Heureuse dans la Vie ? », des instantanés de l’histoire d’une femme qui a eu une vie heureuse malgré les méandres des hauts et des bas et tous les drames advenus dans sa vie.

Être Heureuse

Un soleil de plomb, une lumière aveuglante. Malgré la chaleur, Alexandrine rentre de l’école en sautillant et en chantant. Alexandrine est fière et heureuse. Elle est la première de sa classe. Quand sa maîtresse l’a citée en exemple devant tous les élèves et l’a félicitée publiquement, Alexandrine a senti qu’elle devenait toute rouge. Elle est restée silencieuse, timide et ça lui a fait chaud au cœur. Elle se fait une joie de l’annoncer à ses parents.

Être Amoureuse

Alexandrine est amoureuse. Depuis qu’elle a rencontré ce beau jeune homme qui travaille comme elle à la fabrique d’allumettes, elle ne pense qu’à lui, qu’aux moments qu’elle passe avec lui. Il est tellement drôle, c’est un boute-en-train. Alexandrine rit aux éclats quand elle entend ses blagues, elle est rayonnante et heureuse. Elle veut fonder un foyer avec ce gentil garçon. Une famille heureuse et aimante comme la sienne. Elle pense à son papa qui aurait aimé voir son bonheur. Elle pense à son frère gazé et parti si tôt. Elle pense à sa sœur emportée par la tuberculose. Alexandrine aura une vie heureuse et pleine d’amour, elle en est certaine.

Tâches Ménagères

Alexandrine chante « Je voudrais un joli bateau pour m’en aller avec toi sur l’eau ». C’est lundi, elle fait sa lessive à la main, fait bouillir le blanc. Son mari rentre en sifflotant de son travail. Il a été nommé sous-chef lampiste à la gare d’Alger. Le lendemain, elle repasse en chantant et en gardant un œil sur son petit dernier qui joue avec un bout de bois. L’ainé est à l’école.

Deux jeunes garçons beaux et en bonne santé, un mari qui l’aime. Que demander de plus ?

Voyage en Métropole

Alexandrine écarquille les yeux. Elle traverse le parc colonial de l’exposition universelle, et ne sait plus où donner de la tête. C’est formidable ! Elle a circulé dans un train électrique. Qu’elles sont belles les fontaines illuminées du Trocadéro ! quelle chance ! jamais elle n’aurait pensé pouvoir assister à un tel évènement. Un voyage extraordinaire d’Alger à Paris, a été possible grâce aux billets de train gratuits que peut avoir son mari. Que la France est belle ! Que la vie est belle !

Années de Guerre

Alexandrine fait frire des tranches de pain bis pour atténuer le goût de l’huile, qui serait trop fort sans ce traitement. Elle récupère ensuite l’huile pour la cuisine et toute la petite famille mange le pain. Il faut tout économiser parce que les rations par personne, de sucre, de pain et d’huile sont limitées. Après le repas frugal, Alexandrine tricote en chantant, rafistole les habits de ses hommes, et, comme elle le dit en riant, « fait du neuf avec du vieux. »

Repas pour Huit

Alexandrine prépare le repas. Elle est gaie et joyeuse. C’est jeudi : ses deux grands garçons viennent déjeuner avec leur gentille femme. L’ainé des couples vient avec ses deux petits. Deux garçons, comme elle 25 ans plus tôt. Encore un bon moment en perspective où chacun va raconter sa semaine.

Repas pour Douze

Alexandrine revient du marché de Quillan son cabat rempli de victuailles. Son mari et elle ont été bien accueillis dans ce village de l’Aude. Les gens sont si gentils. Alexandrine est particulièrement heureuse aujourd’hui. Elle reçoit ses enfants et petits enfants. Toute la marmaille court en piaillant dans les étages de la petite maison. Alexandrine prépare le repas pour douze, aidée de ses deux belles filles. Un bon mari, de beaux enfants et petits-enfants, tous en bonne santé. Que demander de mieux ?

Tablée de Dix Huit

Fin du repas. Tous les convives ont les larmes aux yeux : Alexandrine vient de réciter le poème mélodramatique écrit par son frère mort dans les tranchées. Elle le récite tous les ans à Noël depuis des décennies et a toujours du mal à le terminer, étranglée par l’émotion. Emotion de toute la famille, trois générations. Toujours là, toujours vivants.

Fin de Vie Heureuse

Alexandrine a eu une vie heureuse. Elle a baigné dans l’amour d’une famille unie. De ses parents, de ses frères, de sa sœur. De son mari, de ses enfants, de ses petits enfants. Après le départ de son compagnon, elle a demandé à aller en maison de retraite. Elle y a secondé la bibliothécaire. Belle écriture appliquée, orthographe parfaite.

La douceur et la gentillesse personnifiées. Tout le monde l’aimait tendrement.

L’argent ne fait pas le bonheur, l’amour oui

J’en suis convaincu et je le disais déjà dans l’article « l’amour est plus fort que tout. » L’exemple de ma grand-mère, ma mémé chérie le démontre. Malgré tous les obstacles traversés dans sa vie, la perte de ses proches dans sa jeunesse, deux guerres mondiales, la guerre d’Algérie, le déracinement de sa terre natale, Alexandrine a eu une vie heureuse.

Comment Être Heureuse dans la Vie ?

Certes, aujourd’hui la vie n’est plus la même et les femmes ne restent plus au foyer comme du temps où les voitures n’étaient pas des automobiles, mais des voitures à cheval. Elles ont des activités professionnelles. Ce qui fait qu’elles ont beaucoup plus de choses à gérer, qui leur créent des soucis, du stress. Et elles ne sont pas toujours soutenues par leur compagnon.
Je ne suis pas en train de vous dire que les femmes doivent rester au foyer pour être heureuse. Je veux vous montrer que, pour avoir une vie heureuse, qu’on soit riche ou modeste, qu’on ait des difficultés plus ou moins contraignantes, il faut, avant tout, savoir ce qui est le plus important dans sa vie. Pour ma grand-mère, les choses les plus importantes, c’était de fonder un foyer harmonieux, avec un mari aimant, avoir des enfants qui grandissent, progressent et réussissent, puis avoir des petits-enfants qui grandissent, progressent et réussissent. Son bonheur, c’était sa famille. Quand elle est partie, elle était sereine, consciente et heureuse de sa vie accomplie.

Selon moi, ceux qui ont « tout pour être heureux » et ne le sont pas malgré tout, ne savent pas ce qui, pour eux, est le plus important dans la vie. Ou peut-être l’ont-ils oublié, submergés par le quotidien.

Et vous, êtes-vous heureuse ? Et vous, êtes-vous heureux ?
Vous êtes-vous posé la question ?
Pensez-vous, comme moi, que pour être heureux dans la vie, il faut bien connaître ce à quoi on accorde le plus d’importance ?
Si oui, savez-vous ce qui est le plus important dans votre vie ? L’avez-vous clairement identifié ?
Sinon, faites une pause, réfléchissez-y. Pensez au sens que la vie a pour vous.

Aristote n’a-t-il pas dit : « Le bonheur est le principe et la raison d’être de la vie, le but et la finalité suprême de l’existence humaine. » ?

13 pensées sur “Comment Etre Heureuse dans la Vie

  • 22 juin 2012 à 17 h 08 min
    Permalink

    Bonjour Jean, comme tu le dis à la fin de ton article, beaucoup de personnes sont submergées par le quotidien, c’est bien le problème de la société d’aujourd’hui, être partout à la fois et jamais présent quelque part.

    zenie

    Répondre
    • 22 juin 2012 à 17 h 52 min
      Permalink

      C’est exactement ça Zenie.
      Les gens sont toujours pressés, ils courent après on ne sait trop quoi.
      Alors que des fois, il suffirait qu’ils se posent et s’interrogent sur ce qui est bien et bon dans leur vie. Ils prendraient alors conscience comme la vie est belle et comme ils ont de la chance, d’avoir ce qu’ils ont et d’être ce qu’ils sont.

      Répondre
    • 23 juin 2012 à 17 h 38 min
      Permalink

      Bonjour Hannah,
      C’est une histoire vraie, qui pourrait aller dans un roman, c’est sûr.
      Je ne m’impose aucune obligation de style, c’était ma manière d’illustrer mon message.

      Répondre
  • 22 juin 2012 à 23 h 33 min
    Permalink

    Salut Jean,

    Est-ce que l’histoire d’Alexandrine est l’histoire de ta grand-mère? Si c’est le cas, je vois bien d’où tu tires ton bonheur et ton positivisme!

    Si tel n’est pas le cas, j’aime beaucoup cette histoire, de toute façon, et Alexandrine est un des prénoms féminins que j’aime le plus. Je l’aurais choisi pour moi. Coïncidence?

    J’ai du chemin à faire avant d’atteindre le bonheur d’Alexandrine bien que le bonheur soit une décision instantanée!

    Heureusement,

    Sco! 🙂

    Répondre
    • 23 juin 2012 à 17 h 44 min
      Permalink

      Bonjour Sco!,
      Oui, Alexandrine est bien ma grand-mère (paternelle). Un amour de grand-mère, qui est partie en 87. Je pense souvent à elle et à mes 3 autres grands-parents.

      Répondre
    • 30 juin 2012 à 12 h 48 min
      Permalink

      Salut Jean-Luc,
      Non, les allumettes étaient françaises, ça se passait dans les années 1914 en Algérie. Ma grand-mère avait 12 ans quand elle a commencé à y travailler, au grand dam de son institutrice qui voulait lui faire passer le certificat d’études.

      Répondre
  • 1 juillet 2012 à 7 h 49 min
    Permalink

    Merci pour l’info Jean …et tant pour pour le certificat d’études ! 🙂

    Répondre
  • 12 juillet 2012 à 19 h 49 min
    Permalink

    bonjour Jean,
    je me suis doutais qu’Alexandrine était votre grand-mère. J’aurai bien voulu avoir sa vie. Elle a su parfaitement la gérer. Mais je suppose qu’elle avait des parents qui l’aimaient énormément, parce que sinon, je ne pense pas que cela aurait été possible…

    Répondre
    • 13 juillet 2012 à 11 h 13 min
      Permalink

      Bonjour Catherine,
      A l’époque, on ne pensait pas à « gérer » sa vie, on la vivait tout simplement, sans trop réfléchir à ce que pouvait être une vie heureuse. De plus, on avait moins de besoins, on vivait simplement en accordant une grande importance à ses valeurs qui passaient avant tout. Les parents de ma grand-mère l’aimaient certainement, mais Alexandrine avait en plus un don particulier pour entretenir son bonheur.

      Répondre
  • 19 février 2013 à 17 h 37 min
    Permalink

    Bonjour Jean,
    merci pour cette belle histoire
    je crois qu’on va tomber d’accord : tu nous poses la question du bonheur, j’en ai fait comme une passion depuis 17 ans… j’en suis arrivé à la conclusion que le bonheur est naturel, il ne s’apprend pas, par contre le malheur lui s’apprend, nous l’avons appris » par conditionnement.
    Donc pour être heureux, il ne faut pas l’apprendre, il faut juste désapprendre à être malheureux et pour cela comprendre d’ou vient le malheur ….
    Selon moi, il a 3 causes …

    Répondre
    • 19 février 2013 à 17 h 48 min
      Permalink

      Bonjour Eric,
      Je suis assez d’accord que le bonheur ne s’apprend pas. Il semble a priori assez inné. Mais alors pourquoi y a-t-il tant de gens malheureux et déprimés ? c’est aussi qu’on désapprend le bonheur.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.